Le Septième Rayon par

le Maître Ascensionné Saint-Germain 

Compilation

Thomas Printz

AGORMA

Hommage

Ce livre est humblement dédié au bien-aimé Sanat Kumara et à d’autres bienheureux Esprits Gardiens, dont l’Amour, la Patience, la Confiance et la Foi dans la Lumière au sein du cœur des hommes ont protégé notre planète et son peuple jusqu’à ce jour.

Puisse la Flamme de Dieu dans le cœur de l’aimable lecteur croître à travers les paroles et les émotions des Maîtres Ascensionnés et contribuer à libérer le Grand Seigneur de la Terre et sa Cour spirituelle de leur exil volontaire, afin qu’ils retournent dans leurs Demeures planétaires.

Il est temps pour la Terre et son humanité de s’élever et d’assumer leur responsabilité envers l’Univers, de revêtir les vêtements de la Liberté et de devenir la Lumière du Monde. Alors, l’étoile de l’ombre se transformera en soleil, ses pleurs et ses peines deviendront un chant à la gloire du Cœur de la Création, et sa place dans le système solaire sera assurée pour l’éternité.

Thomas Printz

Introduction

En 1986, plusieurs étudiants reçurent des Maîtres Ascensionnés une invitation pressante à ouvrir et présenter leurs enseignements à d’autres étudiants. Il fut décidé d’éditer six livres, y compris celui-ci. Ces ouvrages avaient été publiés une première fois, il y a longtemps déjà mais, malheureusement, ils n’avaient pas connu une diffusion suffisamment large. Le temps est  venu de les distribuer sur une plus grande échelle, comme les Maîtres en ont exprimé l’ardent souhait depuis le début. Deux livres furent encore édités en 1957, l’un d’abord à usage interne, deux furent traduits, aucun n’étant disponible en librairie. Les matériaux pour Le Septième Rayon furent transmis en 1953 par Saint-Germain au messager du Pont vers la liberté, Géraldine Innocente.

L’enseignement des Maîtres Ascensionnés est différent de tout autre système de connaissance. L’instruction provient d’Etres Ascensionnés et a donné par le canal de deux messagers qui, par l’exemple de leur conduite durant de nombreuses incarnations et par des années d’entraînement aux niveaux intérieurs, se sont montrés aptes à servir. M. Ballard avait travaillé avec Saint-Germain dans des incarnations antérieures et Mlle Innocente avait travaillé avec la Fraternité et fut incarnée quatre fois en Oracle de Delphes. De plus, elle est la flamme jumelle du Maître Ascensionné El Morya. De ce fait, l’enseignement des Maîtres Ascensionnés présente le plus caractère de vérité, et le message transmis par M. Ballard et Mlle Innocente est UN ; il provient de la même source et contient les mêmes explications de la Loi de la Vie.

La somme des transmissions est énorme : il y a à peu près quinze mille pages de dictées originales. Que l’élève compare l’éventail, le détail et la variété des sujets traités avec n’importe quel autre enseignement, et il constatera une grande différence.

Commentant la profondeur et l’étendue des dictées des années trente et cinquante, les Maîtres ont souligné que la matière mise à disposition était dix fois plus importante que la somme nécessaire à l’ascension. Donc l’exigence de l’heure est d’étudier et de pratiquer ce qui a été offert. Cela facilitera l’établissement des fondements pour une nouvelle dispensation.

Cet ouvrage contient plusieurs pages traitant de l’activité de groupe. Il peut devenir par là un guide pour les chefs et les membres de groupes. Dans l’annexe, on trouvera plusieurs articles sur la musique, qui forme une partie essentielle de cette activité. De plus, la section des radiations bénéfiques devrait être utile à l’étudiant.

Lorsque les Maîtres Ascensionnés établirent l’activité du Pont vers la Liberté, ils avaient espéré s ‘assurer la collaboration des leaders de certains groupes existants. Sur la base de cette idée, ils avaient introduit le concept de direction partagée. Un article de l’annexe montre pourquoi cet effort n’a pas été récompensé.

Les Maîtres Ascensionnés soulignent que les élèves de l’enseignement qu’ils dispensent sont les mieux préparés à devenir les leaders de l’Age d’Or. Ce sont eux qui connaissent le mieux la Vie et les Lois de la Vie et sont les plus aptes à gérer les différentes situations auxquelles la Terre fait face actuellement. Ces étudiants savent comment affronter les forces des ténèbres. Ils savent comment se protéger des influences négatives et comment invoquer l’assistance des Grands Etres par la puissance de la magnétisation, de la précipitation, de la visualisation et de la parole exprimée. Ils savent comment restaurer la relation sacrée entre la religion et la science, qui ne faisaient qu’UN dans les temps anciens.

En revanche, les étudiants doivent être réceptifs aux indications et conseils affectueux des Maîtres Ascensionnés. Eux sont les véritables leaders. Ils ont la vision et le plan global pour conduire à l’Age d’Or et, mieux que quiconque, ils savent comment affronter les obstacles à venir. Sans l’assistance des Maîtres Ascensionnés, il n’y aurait aucun espoir pour l’humanité. Avec leur assistance et l’effort sincère et déterminé de quelques étudiants, la victoire est assurée.

Note importante :

Les mots I AM (JE SUIS) ne doivent pas être traduits en français (ou en quelque autre langue), car ils contiennent la vibration du AUM chanté par les Maîtres de l’Orient.

I AM est la parole créative, la parole initiale qui a produit la création et de laquelle surgit toute création. Les mots I AM tels qu’on les prononce en anglais, libèrent l’énergie de Dieu, votre Présence Individualisée, qui est votre Source.

Prononcez Aom-m-m, pui I AM (phonétiquement : ayème) ! LA vibration est la même. Par ces mots, vous invoquez la vie et la canalisez vers la manifestation.

Préambule

Pour comprendre la chance que représente aujourd’hui l ‘épanchement bienfaisant du Septième Rayon, je dois demander au lecteur de bien vouloir concentrer un instant son attention sur la nature triple de dieu, que la pensée chrétienne a désignée sous le nom de Sainte Trinité.

L’auguste Présence de Dieu, Créateur et Directeur de notre système, est connue sous le nom de Première Personne de la Sainte Trinité. Elle est la Cause Première, l’Esprit Divin, le Père, le Gardien Divin du Pal d’Evolution. Pour l’humanité sur Terre, Elle a été souvent représentée par des Etres exquis ayant revêtu Sa Divinité pour montrer aux consciences évoluantes (les chélas) le schéma de Sa Perfection. Ces Pères incarnés sont connus sous le nom de Sept Manus de la Race. Ils sont représentés dans la Hiérarchie par le Chohan du Premier Rayon.  La Divinité, en prenant la responsabilité de faire évoluer une race sur les planètes de notre univers particulier, préleva du Grand Soleil Central de notre univers des milliards d’étincelles spirituelles et conféra à chacune l’Individualité, modelant des Archétypes divins selon Sa propre image et à Sa ressemblance. Chacune de ces merveilleuses Présences devint le fils unique figurant la Seconde Personne de la sainte Trinité. Elles sont représentées dans la Hiérarchie par le Chohan du Second Rayon.

Au cours des temps, ces Divines Présences projetèrent une fraction d’elles-mêmes dans le monde de la forme pour accroître leur propre nature divine et élargir les frontières du Royaume du Père. Les personnalités humaines formant les habitants du plan terrestre sont les je projetés de ces Divines Présences qui, malheureusement, ont oublié leur but divin et leur identité divine.

Chaque fois que l’un de ces divins Archétypes eut la possibilité de Se réaliser à travers la personnalité qu’il avait créée sur Terre, un Christ manifesté (Fils) dévoila à son époque la maturité divine qu’il avait atteinte. Cette manifestation, qui s’appelle le  Second Avènement, est l’état auquel doit parvenir, à plus ou moins longue échéance, tout Fils de Dieu. Le Seigneur Bouddha et le Maître Jésus sont parmi ceux qui sont parvenus à se tenir révélés dans la gloire qu’ils partageaient avec Lui avant que le monde ne fût.

Tous les divins Archétypes créés par les Parents de notre Système, qui résident depuis d’innombrables siècles dans les sphères intérieures, ont été graduellement attirés vers un type déterminé d’expression (Archange, Elohim, etc.) correspondant à l’intérêt de chacun.  Cette attraction vers l’expression, ce moulage dans l’expression et l’utilisation générale de l’énergie de vie font partie de l’activité du Saint-Esprit, et c’est par Son intervention que les divines idées du Père se manifestent à travers les Fils dans chaque  royaume. Alors, l’activité du Père par l’intermédiaire de Ses Fils, qui déversent l’énergie vitale dans des moules et la précipitent pour extérioriser la beauté et la perfection du Royaume, se place sous la direction de la Troisième Personne de la Sainte Trinité, le Saint-Esprit de Vie en action. Le Représentant de cet effort de création cosmique, par lequel chaque Fils de Dieu extériorise quelques-uns des modèles divins et la perfection des sphères intérieures, est connu sous le nom de notre Seigneur le Maha Chohan.

Le but de la création comme le maintient de tout système de mondes est de permettre à chaque courant de vie extrait du Cœur Universel de Dieu de développer une nature spirituelle et de devenir Maître d’énergie et de vibration au moyen du contrôle conscient et de l’usage de ses propres facultés créatrices (pensée et sentiments). Pour devenir une telle Présence Maîtresse, la nature triple des Parents Divins doit être nourrie et développée à l’intérieur de chaque être humain. Chacun doit devenir pour le monde un dieu directeur de son Plan de Vie (le Père), un Fils extériorisé d’application correcte (le Fils) et un dispensateur du saint réconfort et de l’Esprit de Vie (le Saint-Esprit). Pour favoriser ce développement, certains Rayons cosmiques ont été créés et sont projetés en direction de la Terre sous forme de pulsations rythmiques qui nourrissent la nature spirituelle de la même manière que les saisons le font pour le royaume de la nature. Ces courants cosmiques sont aussi ordonnés dans leur épanchement sur la Terre que le sont les radiations bénéfiques du printemps, de l’été et de l’automne. De plus, la nature de tout être humain, déjà déterminée par l’une des sept sphères intérieures constituant la demeure de sa Présence divine, sera grandement influencée par le cycle correspondant à son Rayon de développement. Par exemple, le crocus précoce et la violette sont le résultat de la fraîche atmosphère de mars, alors que le chrysanthème dort jusqu’à ce que le soleil d’août provoque sa maturation dans le cadre de son plan de vie. Il en résulte que la plupart des êtres humains du Septième Rayon sont plus ou moins assoupis pendant que les six autres Rayons sont actifs et que leurs activités ne sont stimulées que par la présence et l’action de leur Rayon dans l’atmosphère.

La Roue Cosmique, qui permet l’intervention de certains stimuli spirituels sur la Terre et dans les corps intérieurs de son peuple effectue un tour complet tous les quatorze mille ans. Pendant les premiers deux mille ans de chaque cycle, l’activité prédominante est la puissance de l’Esprit divin par le Premier Rayon. Au cours de cette période, l’un des Grands Manus incarne et forme dans l’esprit des hommes le modèle de religion, d’effort individuel et gouvernemental pour ce cycle.

Pendant les deuxièmes deux mille ans de chaque cycle, l’activité prédominante est le développement parmi l’humanité évoluante d’un ou de plusieurs courants de vie qui, modelant leur déploiement selon l’exemple établi par le Manu, deviennent des Fils divins parfaits qui prennent sur leurs épaules le gouvernement du Père. Ces Fils deviennent alors Instructeurs du Monde pour le reste du cycle et déchargent dès lors le Manu de cette responsabilité. En temps voulu, ils s’assurent l’assistance et la coopération d’autres courants de vie pouvant les représenter en apportant la Parole de Dieu par l’exemple comme par le précepte. Voilà pour l’activité du Second Rayon.

Au moment où le cycle passe au Troisième Rayon, un état de préparation spirituelle suffisante a été atteint pour permettre à d’innombrables Présences Divines de tenter d’extérioriser leur dessein divin dans des personnalités incarnées. A ce moment se manifeste l’action du Saint-Esprit, car Sa charge est de vivifier, de soutenir et d’étendre le don de la Vie à travers ces Fils divins, chacun oeuvrant au plan divin suivant sa spécificité.

Comme on le voit de ce qui précède, la Présence de chacun a déjà fait son choix de service divin aux niveaux intérieurs. La nature de Dieu est tellement diversifiée, son Amour tellement magnanime et les facettes par lesquelles se manifeste Sa Perfection si nombreuses que l’activité du Saint-Esprit (ou la Troisième Personne de la Trinité) doit, par nécessité, se diviser en sous-rayons donnant la possibilité à chaque genre d’homme-dieu d’extraire, modeler et étendre les énergies créatrices dans le monde de la forme.

Afin d’assurer à chaque individu les supervisions, protection et radiation appropriées, le Saint-Esprit, à la différence de ses Frères Cosmiques (le Manu et l’Instructeur du Monde) a choisi de diviser son rayon en cinq facettes distinctes de force cosmique. Par le biais de ces cinq rayons, il supervise le travail de traduction des idées provenant de l’Esprit et du Cœur de Dieu dans la forme extériorisée.

A la tête de chacun de ces cinq sous-rayons, il a placé un Etre parfait qui représente le Saint-Esprit pour ce qui a trait aux dons à la Terre de ce rayon particulier. Ces grandes Intelligences se nomment les Chohans des Rayons. La Maha Chohan (ou le Saint-Esprit) projette à travers chacun de ces rayons inférieurs le Feu vivifiant de Vie éternelle par cycles successifs de deux mille ans, et le Chohan à la tête de chacun des sous-rayons devient la Puissance et le Modèle prédominants pour l’évolution de la race pendant le temps où le Saint-Esprit met l’accent sur son rayon particulier.

La Roue Cosmique a tourné maintenant au point où le dernier des cinq sous-rayons du Maha Chohan est en passe d’être privilégié dans son épanchement sur la Terre. Les dons spirituels particuliers, stimuli, pouvoirs et activités de ce rayon deviennent l’activité prédominante marquant le progrès individuel, religieux, gouvernemental et planétaire de toute l’humanité. Le Chohan du Septième Rayon a dès lors la responsabilité de mettre en marche, à travers les courants de vie qui répondront à sa vibration, les flux spirituels qui établiront les fondations du nouvel Age, lequel incarnera toute la perfection, la culture, l’amour et la liberté de son glorieux Représentant que nous connaissons et aimons : notre Frère Saint-Germain.

Soulignons que le déroulement du cycle évolutif est aussi inexorable que la succession des saisons de la nature et qu’il est aussi impossible de retenir les bénédictions et bénéfices de chaque rayon et de son grand Seigneur qu’il serait pour l’homme de stopper le rayonnement du soleil physique. Il peut se réfugier dans sa coquille, se cacher et refuser à son essence dispensatrice de vie de vivifier son être, il n’empêchera pas le don cosmique de la création de se réaliser, avec ou sans sa reconnaissance et son acceptation individuelle.  Notons que l’activité du Septième Rayon ne répand pas seulement la dispensation du Maître Saint-Germain, mais qu’elle est aussi la facette finale de l’expression de notre Seigneur le Maha Chohan, dont la pression cosmique sur le doigt final de la Main de Dieu complète la dispensation du Saint-Esprit pour ce cycle des temps. Voilà pourquoi le travail de Saint-Germain et celui du Maha Chohan sont tellement entrelacés et pourquoi l’heure présente est particulièrement importante pour tous ceux qui choisissent de s’engager dans la construction des fondations de l’Age de la Liberté, pendant lequel ceux qui travaillent sur le Septième Rayon sont imprégnés des dons et pouvoirs du Saint-Esprit.

Thomas Printz

A nos Lecteurs

Chers amis de la Cause sacrée de la Liberté, je vous salue au nom de JESUS-CHRIST ASCENSIONNE.

Par l’intermédiaire de son Corps Electronique de Lumière, je tends ma main dans un geste d’amitié, sachant qu’à travers sa conscience, aucune activité ne peut atteindre votre monde d’expérience si elle n’est pas de Dieu..

Combien de siècles ce Grand Frère n’a-t-il pas protégé des pouvoirs visibles et invisibles du mal, par son Nom et par sa Présence, l’âme sincère de l’homme cherchant la vérité !

Pendant ces âges sombres, quand le pouvoir de la Lumière avait déserté la conscience externe de l’homme, il était bon, en vérité, que le Signe de la Croix et le Nom de Jésus fussent une Force qui ne pût être contestée. De nombreux milliers de femmes et d’hommes bons doivent leur survie spirituelle à cette Présence aimable et vigilante.

Aujourd’hui, nous sommes une fois de plus dans une nouvelle ère de Lumière. C’est aussi le jour où les perceptions intérieures de l’âme individuelle sont mises à l’épreuve de la pleine Vérité. Par ce discernement spirituel, les hommes et femmes trouveront que le fruit ne tombe pas loin de l’arbre, de même que la Parole et l’œuvre du Maître sont proches du Trône du Père.

Le cycle de deux mille ans de l’Age du Poisson, gouverné par le sixième Rayon, connu sous le nom de Dispensation chrétienne, approche de sa fin, et comme tous les cycles se chevauchent, l’oreille interne et l’œil interne sensitifs des observateurs ont aperçu l’aurore du nouveau Jour par les vibrations du Septième Rayon qui se font sentir dans les cœurs remplis d’espérance des précurseurs du Nouvel Age.

Le Service de Chohan

Mon service à la vie de cette planète en qualité de Chohan du Septième Rayon a trait à sa transmutation d’une étoile de ténèbres et d’ombre en une étoile de Lumière et de Liberté. Dans le Cœur du Père Eternel, j’ai eu la vision de cette planète liber, et j’ai vu la gloire de chaque courant de vie incarné sur Terre dans son Etat Christique naturel, accompli par le même pouvoir de transmutation.

Ayant vu le modèle, grande est mon ardeur, et vous le comprendrez, à vouloir mouler la substance et l’énergie du monde de l’apparence physique dans ce Dessein divin et glorieux, de même que mon désir d’aider chaque être agissant selon son libre arbitre à devenir la Présence parfaite que le Père souhaite qu’il soit.

Pour accomplir cette tâche, j’ai battu le rappel de mes amis des siècles et j’ai fait partager à leur conscience humaine autant que possible de cette vision, avec l’assistance de la sensibilité du Représentant incarné de mon rayon.

Toutefois, personne ne peut travailler pieds et poings liés, les lèvres scellées et les yeux bandés. S’ils doivent m’assister dans la réalisation de cette destinée glorieuse pour notre planète et son humanité, il faut que mes amis soient vêtus des habits de la Liberté.

Avec ce but en point de mire, le Maître Morya (Chohan du Premier Rayon) proposa de présenter à la Grande Loi Cosmique la demande d’une Dispensation par laquelle nous ensemble, les sept Chohans, pourrions associer étroitement à notre effort un groupe de courants de vie appartenant aux différents rayons et, à travers eux, faire progresser l’établissement des activités du Septième Rayon pour la planète . Il a formalisé son propos, et nous avons reçu cette permission en été 1951.

Encouragé par notre succès le Maître Morya sollicita auprès de la Grande Loi cosmique la permission la permission d’écrire à quelques chélas et amis dignes de confiance pour leur donner un aperçu de notre plan. Cette permission nous fut accordée avec beaucoup de réticence ; en fait, elle le fut seulement à la condition que de la réponse dépendraient toutes Dispensations ultérieures.

Vous comprendrez avec quelle inquiétude mon Grand Ami et moi-même avons attendu la réponse de la conscience humaine. Sur sept lettres écrites, nous eûmes cinq réponses, dont trois nous semblèrent sans grande importance, ces personnes ayant déjà eu dans leur présente incarnation des contacts avec les Maîtres, et leur coopération nous étant plus ou moins assurée. Néanmoins, le résultat fut suffisant pour que le Maha Chohan approuvât la continuation de cette correspondance, dont le résultat fut n succès sans précédent.

Une publication à caractère impersonnel fut conçue, dans laquelle les Maîtres pourraient exprimer leurs propres vues avec leurs propres mots, donner des nouvelles courantes sur les activités de la grande Fraternité Blanche et, dans une large mesure, percer le voile qui séparait les royaumes intérieurs et extérieurs. Par ce moyen, à notre grande joie, nous entrâmes en contact avec un nombre croissant de personnes souhaitant ardemment mettre à tout moment le poids entier de leurs consciences rassemblées au service des activités engageant l’intérêt et les énergies de la Fraternité.

Il fut prévu d’offrir ce service à un coût aussi raisonnable que possible, de manière à ne pas obérer les gens, pour apporter aux masses le réconfort et permettre aux étudiants de la Vie la satisfaction et la joie de développer leurs propres facultés spirituelles sans devoir passer par le filtre d’une personnalité humaine pour entendre la parle de leurs Frères libérés.

Cette publication (et toutes les autres provenant de la même source) sont la propriété de LA Grande Fraternité Blanche. Elles sont offertes librement à tous et partout à un prix ne dépassant pas leurs moyens, dans l’espoir qu’ils sauront profiter de la grâce extraordinaire qui leur est faite au commencement du Nouveau Cycle. Il va sans dire que mes Frères Chohans et moi-même sommes très reconnaissants envers tous ceux, ascensionnés ou non, qui nous ont aidés à ouvrir les canaux par lesquels nous pouvons déverser les dons de nos rayons.

Septième Rayon

Ainsi que mon Frère bien-aimé El Morya l’a expliqué, le Septième Rayon, qui fait partie de ma juridiction, est destiné à être l’Effusion prédominante sur la planète Terre et à travers tous les courants de vie durant la période des deux prochains millénaires. Il s’appelle le Rayon Cérémoniel parce qu’il concerne principalement l’invocation, la condensation et la radiation d’énergies spirituelles par le contrôle conscient d’êtres agissant volontairement et librement.

Dans les sphères supérieures se préparent des rituels magnifiques et inspirants, que l’homme ne peut encore imaginer ni de près ne de loin, qui seront abaissés graduellement dans le monde de la forme.

A chaque cycle de quatorze mille ans, le Septième Rayon est le dernier à déverser son essence dispensatrice de vie sur la planète. Au cours de l’histoire du monde, la Roue Cosmique a effectué de nombreuses révolutions cycliques de ce type (exactement comme la roue saisonnière, plus petite a tourné d’innombrables fois dans ses cycles annuels), et le Septième Rayon a eu maintes fois l’occasion de féconder les traits spirituels distinctifs qui caractérisent la nature première de ses enfants.

A chacune de ces révolutions, certains courants de vie furent appelés des sphères intérieures. Au cours de leur évolution, ils avaient été imprégnés de la nature du Septième Rayon et avaient servi dans la Septième Sphère en préparation de l’incarnation finale qui les conduirait à leur destinée ultime dans le monde de la forme. Ces courants de vie avaient choisi leurs incarnations en fonction du Septième Rayon, alors que celui-ci frappait la Terre dans son cycle évolutif : ils devinrent les enfants du Septième Rayon . Certains atteignirent l’Ascension sous son influence bienfaisante au cours de cycles antérieurs, mais beaucoup n’y parvinrent pas. C’est parmi ceux qui sont restés que le Maître, Chohan du Septième Rayon, a toujours recruté les courants de vie les plus proches de sa nature spirituelle pour l’assister à répandre et à perfectionner les dons de son rayon à la Terre et à son peuple chaque fois que celui-ci était actif.

En même temps sont choisis parmi les enfants du Septième Rayon les Chohans potentiels du futur. Sous la supervision du Maha Chohan ils s’entraînent à assumer cette fonction pour relayer le Chohan précédant, destiné à assumer un service cosmique plus élevé. Je fus celui qui, parmi les élus, fut préparé et finalement investi de la charge de Chohan du Septième Rayon, position dans laquelle j’apparais maintenant en qualité de Représentant de cette Effusion cosmique sur la Terre.

Le service du Septième Rayon à l’évolution de la planète et de son peuple consiste à éduquer la conscience d’êtres non ascensionnés dans le domaine de l’invocation, de la direction et du maintient de forces spirituelles pour élever toute vie manifestée.

Parmi les courants de vie qui ont choisi de développer leurs talents et facultés suivant la ligne du Septième Rayon, j’ai (comme mes illustres Prédécesseurs) sélectionné les esprits actuellement incarnés qui répondent à ma note clé et à mon effort d’apporter les connaissances de base des buts, dessein et méthode pour étendre les activités du Septième Rayon qui produiront le plus grand bienfait possible et l’élévation des peuples de la planète. Il faut bien comprendre, cependant, que la Grande Loi Cosmique ne permet à aucun Maître d’exercer une contrainte quelconque sur les courants de vie pour les persuader à rejoindre sa Cause. Toute assistance doit être volontaire et fondée sur le libre arbitre de l’individu qui apporte son concours.

Le flux naturel de vie à travers la corde d’argent est subordonné au libre arbitre de l’individu. Au cours de nombreux siècles passés, chaque homme a permis que cette énergie de vie se faufile à travers les artères de ses sens extérieurs et devienne, dans ses manifestations discordantes, l’amalgame d’apparences humaines dont tout individu s’étant jamais incarné sur cette planète est devenu l’héritier naturel.

La dissolution de ces mauvaises créations est possible si l’on peut atteindre et intéresser un certain nombre d’humains, s’assurer aujourd’hui leur coopération et les instruire. Cela ne devrait pas être une tâche trop difficile puisque, depuis le siècle dernier, des milliers de personnes ont été rendues conscientes de l’existence d’Etres dans les sphères supérieures et ont bénéficié de manière plus ou moins parfaite de la compréhension de leur relation avec leur Source.

Tout cela est en accord avec le Plan de Dieu pour l’éveil de l’humanité et n’est qu’une partie infinitésimale des Grâces qui seront apportées à la planète sous les auspices salutaires du Nouveau Jour.

Par l’influence des activités du Septième Rayon, les membres des Royaumes Angéliques, de la Nature et des Humains apprendront à utiliser et à mêler harmonieusement leurs énergies, d’abord pour la dissolution du mal, puis pour la création de Causes qui se manifesteront sur la scène de la vie en tant que Paix, Santé et Prospérité, concrétisant tous les agréables espoirs d’un état de bonheur dont peut jouir immédiatement le peuple de la Terre, au lieu de placer sa foi dans un état précaire, susceptible d’être atteint seulement après le passage vers le grand Au-delà.

Je saisis l’occasion pour exprimer ma profonde reconnaissance au Grand Seigneur du Monde, Sanat Kumara, à mon Seigneur le Maha Chohan, à mes Frères les Chohans des six autres rayons et à la Grande Fraternité Blanche. Tous ensemble, avec leurs chélas et étudiants, ne m’ont pas seulement apporté leur aide précieuse, mais aussi un immense soutien dans cette entreprise, et j’invoque la bénédiction de l’Unique Père Eternel sur leurs courants de vie pour leurs efforts incessants d’élargir les limites du Royaume de Dieu. Je donne acte avec gratitude aux sept Archanges, particulièrement au Seigneur Michel, au Seigneur Raphaël et à l’Armée angélique, de la formidable assistance et du puissant support de leur Amour pendant cette première période difficile d’introduction d’une nouvelle ère par le Septième Rayon.

Comment on devient Chohan

J’ai pensé qu’il pourrait intéresser mes amis d’apprendre dans quelles circonstances je fus choisi comme Représentant du Septième Rayon.

Vous avez appris par ailleurs que, bien avant que les habitants de la Terre se fussent incarnés, alors qu’ils demeuraient dans le sein du Père éternel, beaucoup furent attirés par les vibrations complémentaires qui leur étaient propres vers l’une ou l’autre des multiples activités de lumière dans les grands Temples intérieurs dédiés à l’expansion d’une qualité u vertu divine, par laquelle pourrait être enrichie la vie évolutive dans l’univers.

C’est ainsi que, contemplant la nature de Dieu à cette époque lointaine, je fus attiré vers la qualité de Liberté. A son autel, je me prosternais en adoration ; je devins un fervent de sa Flamme ! Il me tardait d’incarner la Liberté et d’apporter sa sensation d’émancipation à toute vie évolutive qu’il me serait donné d’approcher. Ainsi, lorsque vint le temps de m’incarner à devenir messager de la Liberté envers la planète Terre, espérant enraciner dans les âmes cette qualité divine par l’intelligence et le pouvoir de direction de mon propre courant de vie.

Enfin, après que se fussent écoulés de longs âges pendant lesquels j’avais poursuivi ma route en cultivant cette grande qualité émancipatrice, je me trouvais investi de la Flamme de la Liberté, qui fut ancrée dans mon cœur physique. J’appris à ce moment que mon activité serait dès lors d’intéresser l’humanité terrestre et d’en obtenir autant d’énergie que possible, dans le but d’augmenter le pouvoir et la dynamique de cette Flamme, travaillant sans cesse en vue de l’Instant cosmique où la Flamme de la Liberté devrait apparaître sur la scène de la vie manifestée sur la planète.

Lors de cette initiation, le Temple Cosmique de la Flamme Ardente d’Amour de la Liberté fut inauguré aux niveaux intérieurs. De grands Etres angéliques s’offrirent pour garder et entretenir l’essence concentrée de cette Flamme de Liberté pendant que je terminais la ronde de mes incarnations, m’efforçant constamment d’intéresser des courants de vie à la cause de la Liberté, avec l’espoir qu’ils seraient suffisamment embrasés pour propager sa Flamme à travers les expressions limitées de l’époque à laquelle ils vivaient.

A la fin de chaque incarnation, je rapportais avec moi plus d’énergie et de substance du monde de la troisième dimension, produites par les courants de vie ayant trouvé bonne cette cause. Entre deux incarnations, je continuais mes efforts avec ceux des royaumes où j’attendais la convocation du Conseil Karmique pour une autre réincarnation et, avec l’aide du grand Seigneur Michel (l’Archange), je visitais les royaumes inférieurs où résidaient beaucoup d’âmes désincarnées attendant également une nouvelle incarnation.

Voilà en qui consistaient les injonctions cosmiques exigées par la grande Loi avant que le plein pouvoir du Septième Rayon fût autorisé à se manifester par les canaux religieux, scientifique et éducatif de la race.

Constatez combien l’exigence de Liberté s’est affirmée sur toute la planète durant les derniers siècles, par le biais de courants de vie particulièrement en harmonie avec la Flamme de la Liberté aux niveaux intérieure ; entre les périodes d’incarnation, ils avaient établi leur résidence près ou à l’intérieur du Temple de la Liberté.

Ces gens ont été les précurseurs de l’ordre spirituel qui commence à émerger des sphères intérieures et que perçoivent les plus perspicaces des fils des hommes.

Alors, quand vint l’heure de désigner le Chohan qui représenterait ce cycle le Septième Rayon sur la planète Terre, la grande Loi cosmique choisit d’honorer votre humble serviteur pour succéder au merveilleux Maître qui avait été le Chohan de ce Rayon dans un cycle antérieur, promu à de plus hautes fonctions de service sur l’échelle cosmique de l’évolution.

 

La Roue Cosmique

La Roue Cosmique, qui permet l’intervention de certains stimuli spirituels sur la Terre et sur tous les corps intérieurs de son peuple, effectue une révolution tous les quatorze mille ans. Pendant ce laps de temps, chacun des sept rayons a l’occasion d’opérer dur Terre et de procurer à la vie évolutive la nourriture et l’amour de sa propre qualité, dans le but de développer la nature spirituelle de chacune de des parties composantes.

Le Cycle Cosmique est divisé en cycles mineurs de deux mille ans, chacun étant placé sous la direction d’un grand Etre spécialement voué à une qualité particulière de la Divinité, qualité nécessaire à l’évolution de la vie terrestre dans cette période. Ces Etres sont appelés Chohans des Rayons, le mot Chohan voulant dire Seigneur et Rayon la couleur et l’activité de chacune des différentes sphères qui constituent l’Aura de Dieu.

Le cycle des premiers deux mille ans est sous la direction du Chohan du Premier Rayon, qui représente le Père, la Première Personne de la Trinité. Cet Etre détermine le modèle d’évolution religieuse, gouvernementale et individuelle des âmes s’incarnant durant ce cycle. Il incarne la volonté du Père.

Le second cycle de deux mille ans est sous la direction du Chohan du Deuxième Rayon, représentant la Seconde Personne de la Trinité, le Fils. Sa fonction est de développer les qualités et préceptes établis par la volonté du Père sous le Premier Rayon.

Les derniers dix mille ans du Cycle Cosmique sont sous la direction du grand Etre appelé le Maha Chohan, qui représente sur Terre la Troisième Personne de la Trinité, le Saint-Esprit. Sa fonction est tellement diversifiée dans sa nature (en ce sens qu’il a la responsabilité d’extérioriser la volonté du Père, avec la coopération du Fils, à travers chaque expression de vie sur la planète : minérale, végétale, animale, humaine) qu’il a choisi de subdiviser les dix mille ans de son règne en cinq cycles mineurs de deux mille ans chacun, complétant la période de quatorze mille ans du Cycle Cosmique.

A la tête de chaque cycle mineur, le Maha Chohan a placé un grand Etre représentant du rayon et de la sphère en activité, qui veille particulièrement aux qualités et à la nature devant être développés dans les courants de vie évolutifs pendant chaque période. Le Maha Chohan revêt la fonction de Directeur Conseiller auprès des sept Chohans actifs durant le Grand Cycle Cosmique.

Aujourd’hui, la Roue Cosmique a tourné jusqu’au point où l’effusion du dernier des cinq sous-rayons du Maha Chohan commence à être prédominante. Dans ce cycle final, chaque courant de vie de la planète a la responsabilité de mettre des efforts dans l’accomplissement du plan pour lequel il a été créé.

Notre planète a été créée, et elle est entretenue, pour donner  à chaque courant de vie évoluant sur elle l’occasion de développer sa nature spirituelle et de devenir Maître d’énergie et de vibration par le contrôle conscient et l’usage de ses facultés créatrices. Pour que l’homme devienne une telle Présence Maîtresse, sa nature triple doit être nourrie et développée ; à ce seul effet, le Cycle Cosmique fut institué et conservé jusqu’à ce jour.

Chaque fois que débute un nouveau cycle mineur, une nouvelle méthode, disons-le ainsi, d’incorporer les énergies humaines s’offre aux courants de vie incarnés. Cela se réalise par l’assistance attentionnée d’un représentant du Chohan, chef du rayon actif. Ce représentant est toujours un être non ascensionné qui a été étroitement associé au Chohan au cours d’incarnations passées, de même qu’entre les incarnations. De ce fait, dans ses corps intérieurs, il est familiarisé avec le rayon et le service du Chohan. Malheureusement, il advient parfois que, lorsque survient le Moment cosmique, quand le rayon particulier du Chohan doit produire son effet sur la Terre, une grande partie de la nature humaine du représentant non ascensionné est engagée dans son interprétation de la Loi. Néanmoins, à mesure que la conscience des êtres humains s’éveille aux exigences de l’heure et que s’aiguisent leurs facultés de discernement, ils sont capables de détecter les contradictions et de progresser sans dévier du Chemin.

Dans sa miséricorde, la Loi Cosmique permet que prenne place au commencement de chaque sous-cycle du Seigneur Maha Chohan ce qu’on appelle une incarnation d’Avatar. Un Avatar est un Etre qui, comme le Maître Jésus, a épuré son karma avant son incarnation d’Avatar ; il est par conséquent, un pur canal par lequel l’essence la plus fine du rayon s’infiltre dans les activités de la nouvelle religion. Avant et après sa venue, la tâche reste entre les mains de bons courants de vie qui se dédient à expliquer la Loi comme leur conscience la conçoit. Nous nous trouvons en ce moment avant la venue, et même si les précurseurs du Septième Rayon ont bien fait leur travail, ils n’ont pas même effleuré la périphérie de la Vérité pour ce qui est du pouvoir d’invoquer, d’exercer et de dispenser les courants spirituels que sont les dons du Septième Rayon pour l’élévation de la race.

L’Activité

Le Septième Rayon étant le dernier du Cycle de Quatorze Mille Ans, il apparaît immédiatement qu’il exprime et prolonge toute la richesse et tout le déploiement des rayons précédents et qu’il développe la plus haute manifestation de toutes les activités constructives nourries par la Vie et la Substance du Saint-Esprit.

L’activité du Septième Rayon a été décrite comme le Service Ordonné. Elle doit développer à l’intérieur des courants de vie la capacité de prélever, mouler et projeter l’énergie qui devient le contrôle maître de toutes les circonstances et formes.

Le développement de l’Adoration Cérémonielle, par lequel les individus peuvent être éduqués collectivement ou individuellement aux méthodes d’invocation et de transmission des énergies spirituelles, est l’une des plus merveilleuses activités de ce rayon.

Au moyen de tels rituels, toutes les énergies, par lesquelles les différents Chohans se sont efforcés  d’enrichir la conscience et l’expérience de l’humanité, seront transmutées, sublimées et purifiées, de manière à ce que les plus grands dons de chaque rayon puissent s’écouler à travers les individus qui sont des portes ouvertes naturelles de leur épanchement. Par conséquent, nous pouvons dire d’une certaine manière que nous ouvrons les portes de la conscience de la race à la perfection des Sept Sphères, dans l’une desquelles réside la Présence Divine de chaque être humain.

Alors que les Armées angéliques, déviques et les royaumes élémentaux sont surtout concernés par les énergies premières et moins par la forme, l’humanité s’occupe en priorité de la forme et semble apparemment inconsciente des pouvoir des énergies dirigées. Il convient que les consciences des anges, des hommes et des élémentaux soient délibérément rassemblées et associées dans un effort de coopération en vue de parvenir à l’âge parfait de la Liberté. Voilà une autre facette des rituels dont l’établissement consistera l’adoration des masses dans le futur.

A cette heurs, seuls ceux qui ont partagé la vision de la pleine Liberté, que le Septième Rayon apportera à la Terre, ont été capables d’apporter leurs énergies  au démarrage de l’Ere Nouvelle, mais comme nous sommes à même de concevoir et de réaliser le Dessein divin d’une telle adoration cérémonielle, les masses humaines seront entraînées dans une participation active aussi sûrement que le papillon de nuit est attiré par la flamme.

Je voudrais signaler brièvement les méthodes pouvant être utilisées pour l’invocation de ces énergies subtiles, de manière à ce que les amis qui ont répondu à mon appel puissent les mettre en pratique par la force de leur propre lumière et les élaborer à l’incitation de leur propre inspiration intérieure.

PAR LA QUALIFICATION, L’ENERGIE DEVIENT POUVOIR

LA substance de lumière électronique première de l’Univers est projetée dans l’atmosphère terrestre par le Soleil. LE Maha Chohan la concentre et, sous son autorité, elle est dirigée vers les facettes de la nature. Les Chohans des Rayons dispensent cette même énergie en tant que nourriture spirituelle dans les activités développées par ceux des membres de la race humaine qui contribuent au progrès du monde dans le cadre des rayons trois à sept.

L’Armée Angélique et les Royaumes Déviques sont des canaux naturels et dirigent les vastes flots d’énergie qui forment les conditions climatiques, etc.

L’homme parvient aujourd’hui à un stade où il doit être éclairé au sujet du pouvoir dont il dispose à l’intérieur de son propre courant de vie, de manière à attirer, focaliser, modeler et diriger les énergies. Voilà l’activité éducative du Septième Rayon.

Les flots d’énergie que canalise le cœur de l’homme répondent à sa force de pensée, à ses émotions et à son pouvoir de qualification, de même qu’à ses passions et aux appétits de son corps.

Dieu dirige l’énergie vers l’homme pour qu’elle obéisse à ses pouvoirs de création. L’état du monde d’aujourd’hui est le résultat de cette obéissance aveugle de l’énergie à ces déesses et dieux embryonnaires que constitue l’humanité. Cependant, cette obéissance à l’homme représente aussi son espoir de rédemption et de liberté, car il suffit d’éduquer l’homme dans l’usage adéquat de ses pouvoirs d’invocation, de création et de direction pour défaire les erreurs du passé et pour construire en accord avec le dessein divin.

L’énergie est dirigée et qualifiée par les canaux suivants :

-         par les instruments de la conscience (pensée et émotions)

-         par les pouvoirs d’invocation de l’esprit, du rituel et de la parole prononcée

-         par le talisman de forme magnétisée

-         par l’usage de la musique

-         par la coopération entre les anges, les hommes et les élémentaux

-         par l’usage du Feu Sacré

Il est évident que, pour produire des résultats bénéfiques, l’énergie ainsi canalisée doit être qualifiée de manière harmonieuse.

I AM Celui que I AM

I AM Présent est l’annonce de la Présence Divine de l’Univers focalisée sur un point particulier, prête à manifester les pouvoirs et la maîtrise de la Vie pour un but déterminé. Néanmoins, cette déclaration est sujette au libre arbitre du courant de vie. Au-delà des mots I AM (ici, présent) se trouve la Conscience de l’énergie du souffle. Celui-Qui-Ne-Peut-Etre-Nommé, qui proclame Son immanence

Le Pouvoir dont la Présence est annoncée par la pensée, l’émotion ou par l’énonciation du I (JE) est la Présence Qualifiante de la vie ou substance non formée.

Ce grand Centre Divin ou soleil Central de l’Univers a doté ses enfants du privilège de partager ses pouvoirs de création par la reconnaissance de I AM Présent et par son usage. Chaque ego conscient de soi peut utiliser le I (JE), mais l’activité qualifiante qui suit l’annonce de la Présence de Dieu en lui-même, à travers le corps émotionnel, devient la Loi de sa vie individuelle.

L’essence de vie première qui soutient le battement de cœur de chaque individu est merveilleuse, harmonieuse, pure, intelligente, obéissante et neutre dans sa nature. Le courant de vie est un flux constant parvenant de la grande Source centrale de Vie vers la Présence Divine qui est le moule divin de chaque individu. De la Présence individualisée, un flot de vie non qualifiée afflue dans le cœur physique. La conscience habitant la forme physique soutenue par le battement de cœur (qui a le privilège de porter le Nom de la Présence Divine I AM) devient alors la présence qualifiante et l’usage que l’individu fait de cette activité qualifiante détermine la forme ou l’apparence que revêtira pour lui cette substance de vie.

Ainsi, chaque Etre qui est devenu divin et libre ajoute à la Présence I AM la pleine puissance et le dynamisme de ses propres Nom et Nature ; partout où il se trouve, il est alors un centre qualifiant de vie divine parfaite, de même que chaque être humain détermine sa qualification de la vie par son nom et sa nature, agissant pour le bien ou pour le mal en accord avec sa dynamique individuelle.

Par la déclaration I AM Présent, tous les hommes disposent du pouvoir de qualification de vie, mais il est évident que la nature de la conscience qualifiante décide de la  somme de bienfaits ou de détresse qu’une telle déclaration entraîne. Par exemple I (JE), Maître Ascensionné Jésus-Christ, AM (SUIS) Présent remplit le cœur de joie, alors que la même déclaration faite par une conscience humaine mauvaise ou déchue provoque l’effet contraire.

Pourquoi la création a-t-elle lieu après l’annonce (provenant des centres de pensée et d’émotion) du I (JE) ?

Parce que le Pouvoir qualifiant de Dieu est la dotation faite à l’homme en même temps que Son Nom.

Chaque unité pensant librement est donc constituée en loi envers elle-même. Chaque être humain est un individu doté de Dieu, une vie qualifiante, qui impartit à la forme et à l’apparence ses croyances, désirs, inclinations et intentions, et personne ne peut lui dire non.

A son tour, l’homme confère à sa religion le pouvoir de le réconforter, et il confie à sa profession le pouvoir de l’entretenir.

De la même manière, l’homme peut conférer à son Je Christique la puissance de le guérir et de le rendre libre. Il peut doter les Pouvoirs du Feu Sacré de l’efficacité qu’ils manifesteront à travers lui. Voilà la vérité. Il sera fait envers toi-même suivant ta propre dotation.

L’Adoration Cérémonielle

A chaque cycle de deux mille ans, les Intelligences qui représentent la Divinité pour cette période développent une religion. Cette religion se fonde sur les tendances naturelles des courants de vie destinés à être le foyer de l’établissement et de l’entretient de la culture spirituelle de l’ère concernée. L’adoration religieuse s’établit également sur l’effusion bienfaisante que le Chohan du Rayon souhaite diriger sur les intelligences vivantes et à travers elles durant cette période.

Entrant dans le cycle du Septième Rayon, nous commençons à mettre en œuvre le type d’adoration religieuse qui deviendra dans le futur l’activité prédominante des masses. Cette adoration contiendra toutes les meilleures expressions des religions précédentes, de même que l’impulsion fraîche et nouvelle du Chohan (dans ce cas, votre humble serviteur), sous la direction duquel la nouvelle Ere évoluera vers son accomplissement.

A son début, les bienheureux courants de vie qui se seront portés volontaires pour m’assister sont les premiers à répondre aux nouvelles vibrations, et plus tard, lorsque les fondations seront bien ancrées et quand les magnifiques rituels se seront bien développés, un plus grand nombre de personnes se réjouiront de participer à ces services édifiants et inspirants.

Responsabilité du directeur et le Groupe

Pour participer intelligemment aux activités cérémonielles du Septième Rayon, chaque personne doit coopérer consciemment avec celle prenant la responsabilité des activités collectives. Chaque directeur ou directrice devient un prêtre ou une prêtresse de  la Flamme par le fait du pouvoir magnétique focalisé à travers son propre battement de cœur.

L’énergie du directeur dirige et focalise les énergies du groupe, mais il n’y a pas ce qu’on pourrait le plaisir passif du spectateur. Chaque courant de vie est plutôt un participant au déroulement des étapes successives du rituel.

Le directeur et les étudiants peuvent invoquer les pouvoirs du Feu Sacré, les Maîtres et les Etres angéliques au moyen de la visualisation, de la contemplation, de la pensée et de l’émotion dirigée. Cela peut s’effectuer par le chant, par la parole prononcée et par la célébration de certains rituels, en employant de pures senteurs florales et certaines compositions musicales de nature spirituelle. L’effet maximum s’obtient quand le directeur et le groupe arrivent à combiner tous ces moyens d’invocation. 

Il faut dire ici deux mots sur la position du chef de groupe, la personne ayant la responsabilité de représenter le Maître auprès du groupe.

Le privilège et la responsabilité du directeur est d’unifier la conscience du groupe par des visualisations dirigées, des décrets, des chants et par des invocations actives des pouvoirs du Feu Sacré.

L’unité des énergies libérées par chaque membre du groupe dans la forme-pensée collective pour le déroulement du rituel constitue la force du service de ce groupe pour la Cause de la Fraternité. Cette forme-pensée/forme-émotion collective détermine la somme d’énergie spirituelle qui se dirige vers la Terre, s’emploie à la dissolution du mal et crée de nouvelles sources de progrès pour le monde.

La capacité du directeur de susciter et d’entretenir l’intérêt du  groupe, de même que la joyeuse et volontaire collaboration de chaque individu, détermine l’efficacité du service.

Pour le travail du Maître, les énergies libérées par devoir ou par crainte sont pratiquement sans effet. L’énergie joyeuse et heureuse est l’espoir du Ciel.

Chaque courant de vie ayant démontré suffisamment d’intérêt aux activités de groupe pour se rendre à une séance trouvera qu’il contribue plus volontairement et plus librement par l’un de ses corps intérieurs que par un autre (corps mental, émotionnel, éthérique, physique et, plus rarement, corps mental supérieur). Chacun doit examiner son propre développement de manière impartiale et, s’il constate que l’un de ses corps est paresseux, il devra s’efforcer d’amener ce corps-là à une plus grande obéissance, en le forçant à coopérer à l’aspect du service qui lui paraît déplaisant. Les corps de tout individu doivent être traités comme des enfants.

Le directeur doit également s’efforcer de donner à tous les corps une opportunité égale de servir. S’il ne le fait pas et verse dans une certaine complaisance à l’égard du corps particulier que lui-même a développé, cela se fera au détriment des autres membres du groupe qui, peut-être, manqueront d’efficacité lors d’une séance particulière du fait que leurs corps les plus développés n’auront pas eu l’occasion de s’exprimer.

Par exemple, beaucoup de gens aiment l’action physique et participent facilement aux chants et décrets, mais ils sont mentalement paresseux ou insuffisamment développés et dérivent vers un état de torpeur alors que le corps mental devrait collaborer à découper de la substance mentale universelle la forme qui doit servir de voûte protectrice à la salle, à la localité ou à la nation. D’autres puisent dans la musique instrumentale un intense plaisir émotionnel, mais demeurent rebelles à l’effort physique nécessaire au décret.

Lors d’efforts collectifs, il est préférable de consacrer quinze minutes à un certain travail en le maintenant, plutôt qu’un laps de temps plus long qui fatigue les corps non développés des membres du groupe. En alternant les genres, par exemple l’activité physique (comme le chant ou le décret) avec une autre exigeant la coopération d’un corps intérieur, on obtient un plus grand service que celui réalisé en maintenant les étudiants trop longtemps sur un type particulier.

L’Adoration Cérémonielle est l’usage de toutes les facultés, pouvoirs et véhicules du courant de vie, usage harmonieusement combiné pour attirer, focaliser et diriger l’énergie dans le but de créer de nouvelles causes de bien et dissoudre celles dont la nature est discordante.

Décret :

Mon monde est le Monde la Liberté ; il est la conséquence de la libération, pleine et inconditionnelle, de la Maîtrise, des Facultés, de la Puissance et des Pouvoirs de Lumière de mon Corps Mental Supérieur.

Les exigences premières d’un service efficace sont :

  1. la relaxation des corps intérieurs et physiques des participants par des compositions musicales soigneusement choisies, d’une nature apaisante et inspirante.

(Cela permet aux membres de l’Armée Angélique de préparer les corps intérieurs des étudiants à recevoir les plus grands bienfaits de la réunion et, aussi, d’élever chaque individu à son niveau maximum de service au groupe et à l’Intelligence Maîtresse qui le préside.)

  1. la purification des corps et des auras des étudiants, du directeur et de l’atmosphère qui doit former le point central vers lequel les énergies doivent être attirées par l’invocation, en décrets, des pouvoirs du Feu Sacré.

 

  1. la protection des étudiants et de l’endroit qui doivent être le calice recevant les énergies spirituelles des Octaves supérieures ? Cette protection se déploie par l’usage des centres créatifs (pensée et émotion) de chaque individu, focalisée et concentrée par les indications vocales du directeur.

 

  1. la reconnaissance de la Puissance divine focalisée à travers tous les participants, qui sont l’autorité par laquelle l’énergie se met en mouvement et conduit à des effets bénéfiques finals.

 

  1. l’acceptation de et l’accès à la Présence de l’Armée Ascensionnée de Lumière et des Armées angéliques, déviques, des Chérubins et Séraphins, agissant en qualité de coopérateurs conscients des activités du groupe.

 

Ces exigences étant respectées, l’Intelligence directrice de la Divinité, soit par la Présence divine du directeur, soit par celle d’un Maître Ascensionné ou d’un Hôte Angélique, utilisera le rituel au maximum de ses possibilités selon les nécessités du moment.

 

La Musique

Comme la plupart des bien-aimés chélas qui participent aux activités du groupe ont une activité dans le monde extérieur et viennent à leurs réunions directement de ce service, le rôle de la musique, qui relaxe le corps physique et stoppe les révolutions rapides des schémas de pensée dans les corps mentaux, ne peut être suffisamment souligné. Par la musique, la polarisation atomique des corps des étudiants se restructure, et les véhicules, par lesquels le Je divin de chaque individu s’efforce de collaborer, sont aménagés pendant cet office musical selon leur contribution spécifique au service.

L’Armée Angélique commence alors, sous la direction du Maître présidant, à tisser la trame spirituelle à partir de la substance même et de l’énergie des membres du groupe.

Le choix de la musique jouée détermine le type d’Auxiliaires invisibles qui sont attirés dans l’atmosphère de la réunion et qui constituent l’assistance invisible, mais palpables, d’Etres divins. Leurs énergies et leur aide sont sans limité pour élever la conscience des membres non ascensionnés et condenser les énergies qu’ils canalisant afin de rendre un service spécifique pour le bien de la vie.

Ces Etres invisibles construisent de magnifiques formes-pensées, et lorsque l’assistance accompagne la musique par la voix, les formes intérieures se logent dans les énergies physiques des chanteurs et deviennent un moyen puissant de sublimer les énergies de nature inférieure dans les corps des participants comme dans l’endroit où le service a lieu.

Les Anges, les Dévas de Musique et les Constructeurs de Forme amplifient puissamment ces formes musicales ; celle-ci sont ensuite transportées dans les hôpitaux, les asiles et vers d’autres lieux où le besoin de soulager la détresse physique, mentale et émotionnelle est grand.

C’est lorsque la musique instrumentale apporte son concours aux niveaux intérieurs que le chant choral est le milieux à même d’abaisser les formes spirituelles dans la substance du monde physique, de la même manière que les décrets abaissent les formes mentales des visualisations dans l’énergie condensée du plan tridimensionnel.

Aux niveaux intérieurs, les grands Temples de Musique se situent dans chacune des sept sphères. Par l’action des Dévas de Musique, ces Temples cosmiques se connectent souvent à une représentation particulièrement raffinée du monde physique et déversent par cette représentation musicale leur Dispensation cosmique des Qualités et Puissance divines qui sont leur bienfait à la Vie. 

Le Feu Sacré

Les pouvoirs spécifiques réels du Feu Sacré sont dispensés par un Etre divin intelligent. Pour nous exprimer différemment, disons qu’une Intelligence spirituelle déterminée extrait du Cœur de Dieu le Feu de la Création et le transforme pour agir d’une manière spécifique. La constante apportée à cette qualification au cours des siècles crée des dynamiques de pouvoir du Feu Sacré qui, selon les cas, guérissent, purifient ou transmutent. Les Intelligences qui ont doté le Feu Sacré de Qualités divines spécifiques, de même que la dynamique de ces qualités pleinement accumulées et contenues dans la conscience de ces Etres, sont aux ordres du Feu Sacré qui est le battement de cœur de chaque individu lorsqu’il est invoqué par l’intelligence directrice du courant de vie, car il s’agit du même élément actif.

En conséquence, quand plusieurs individus se réunissent et commandent au nom, par le pouvoir et l’autorité de leur propre Flamme Immortelle de Vie, à une quelconque du Feu Sacré de se présenter à eux, celle-ci doit obéir. C’est le Pouvoir de l’Invocation investi dans l’individu par la nature même de son propre centre cardiaque ardent et immortel.

La nature du Septième Rayon est de purifier la substance et l’énergie de Vie ; le Chohan de ce Rayon (moi-même) l’a doté du pouvoir miséricordieux de transmutation de l’Amour divin.. De par l’usage de l’ardente Flamme Sacrée et consumante de l’Amour de la Liberté, il est le privilège et l’opportunité de toute vie de bénéficier de la présence et de l’activité de ce pouvoir à l’intérieur du groupe et par l’intermédiaire du travail collectif.

Méthodes d’invocation du Feu Sacré

Le pouvoir de l’élément Feu dans le cœur ne peut être dénié ni par une Intelligence, ni par aucun pouvoir du Feu Sacré d’un Royaume, humain ou divin. Cette Loi est irréfutable. Nous partons donc du principe que l’accomplissement est une certitude. Le moyen et la manière par lesquels ce Feu Sacré peut être extrait, focalisé, moulé et dirigé, varie suivant le développement individuel de l’étudiant et le rayon naturel auquel il appartient, puis selon l’exigence de l’heure dans le cadre des évènements locaux, nationaux ou mondiaux.

Pour développer pleinement en soi les pouvoirs d’invocation, l’individu doit d’abord reconnaître qu’à l’intérieur de son propre cœur, il existe un rayon focalisé de la Présence et du pouvoir de la Divinité, contenant en lui-même le schéma de sa propre grandeur future, de la même manière que la semence contient en elle-même le schéma de la fleur à venir 

Ce foyer dans le cœur se nomme la Flamme Triple et Immortelle de Vie. Chez l’homme non éveillé, ce n’est qu’une étincelle de divinité, mais lorsque l’individu s’engage sur le Chemin, cette minuscule étincelle prend la forme de la Présence Divine, du christ en miniature, et commence à croître et à gagner en volume, émergeant finalement de la cellule sans air dans laquelle elle a résidé, jaillissant de la tombe pour prendre les rênes légitimes du corps physique en tant que Présence Maîtresse et pouvoir du Christ. C’est la Seconde Naissance si souvent évoquée dans les enseignements du passé.

La reconnaissance, l’acceptation de cette Présence divine dans le cœur et la conviction des sentiments que, cette Présence et par l’autorité de son Pouvoir, l’individu peut invoquer et extraire de n’importe où dans l’univers tous les pouvoirs et puissances dont il a besoin pour prêter assistance dans son environnement, fait de cet être la Prêtresse ou le Prêtre conscient du Feu Sacré, capable d’invoquer avec une efficacité toujours croissante sa Présence flamboyante pour l’élévation de son prochain et une plus grande liberté de vie partout. 

Visualisation et contemplation : une forme d’invocation 

La capacité de penser qui réside dans la conscience de l’homme est la même que la faculté créatrice, par laquelle la Divinité a moulé la substance informe de l’univers en étoiles, planètes et systèmes. Dès qu’un homme pense, une forme se crée. Le degré de développement de son corps mental détermine la clarté et la perfection de la forme-pensée.

LA vie qui anime la forme-pensée et fait d’elle une présence vivante, palpable, qui respire, provient du corps émotionnel de l’individu. Les qualités, nature et développement du corps émotionnel déterminent la pureté et la force de la forme-pensée.

Le directeur d’un groupe peut stimuler les centres créatifs de pensée et d’émotion par des visualisations collectives, soit pour la concentration de certaines activités du Feu Sacré, comme celle de l’Ardente Flamme Cosmique de Liberté autour de l’individu, du groupe ou de la nation, soit pour l’établissement du Cercle ou de l’Anneau Infranchissable mystique, qui constitue une coquille protectrice autour de l’aura d’une personne.

L’aptitude du directeur à créer une forme-pensée nette et à stimuler la nature sensitive coopérante de l’assemblée détermine l’efficacité de cette partie du Service. Des Constructeurs de Forme et des Etres angéliques y apportent leur aide.

Son injectées dans les formes-pensées la substance réelle et l’essence d’énergies spirituelles libérées par les bénédictions des individus servant dans les lieux habituels, et ces formes sont recueillies par les Maîtres et les Veilleurs silencieux qui utilisent les réunions à cet effet.

 Le Cercle Infranchissable

L’Anneau Infranchissable mystique dont parlaient les anciens peut être recrée par l’étudiant conscient, à travers le pouvoir de visualisation et par décrets, comme expliqué plus haut.

La radiation naturelle de l’Homme Doré, jaillissant de l’intérieur du cœur à travers les corps internes et le corps physique, forme un cercle de Feu Doré tout autour du corps physique.

Lorsque l’attention se porte sur la Présence christique intérieure le rayonnement de la Lumière divine renforce ce cercle jusqu’à ce qu’il devienne une force réelle de transmutation de toute substance ou énergie, soit que celle-ci soit dirigée consciemment vers l’étudiant, soit que ce dernier doive nécessairement la traverser dans le cours normal de sa vie quotidienne.

L’Invocation par le Décret

Ce que tu décréteras sera (ta) réalité.

La parole prononcée moule les idées et les vérités dans les énergies physiques des individus constituant les groupes et habille les forme-pensées et les formes-émotions crées par les corps mental et émotionnel de la substance même du plan tridimensionnel. Cet habillage abaisse l’action vibratoire des énergies spirituelles jusqu’au point où celles-ci vibrent sur le même plan que les situations requérant un ajustement.

Il en résulte une puissante accumulation d’énergie physique qualifiée, utilisée par les Etres divins pour dissiper les formes et foyers néfastes de toutes natures.

Comme la plupart des conditions affectant l’humanité vibrent à une fréquence similaire à celle pouvant être libérées par la parole prononcée, le pouvoir de remédier à ces conditions est grandement amplifiée par l’individu ou le groupe qui choisit d’être le transformateur-réducteur des énergies subtiles qui constituent l’Autorité maîtresse dans les sphères supérieures.

La Vérité est, mais elle ne se manifeste sur un plan que par l’intermédiaire d’une intelligence capable de la saisir et de la libérer sur le plan ou dans la sphère où l’intelligence agit à un moment déterminé.

L’efficacité du décret se détermine en fonction de la somme d’émotion et de conviction qu’il libère, de même que par la clarté de l’image conservée dans le corps mental qui conçoit le schéma dans lequel se fondent les énergies physiques du décret formulé.

Par exemple, l’Epée Flamboyante du Seigneur Michel, l’Archange de la Délivrance, est sa propre forme-pensée, vivifiée par son émotion divine de maîtrise absolue, dirigée par sa volonté et, souvent, par sa parole, vers les conditions requérant assistance. S’il n’en avait pas une conception précise, son épée serait vague, vaporeuse, mal formée, et n’agirait qu’avec peu d’efficacité.

L’aptitude de l’étudiant à se représenter par l’image l’activité qu’il décrète pour lui-même, ou pour d’autres par lui, et la somme d’émotion positive figurant la capacité de cette activité à contrôler une situation, représentent plus de quatre-vingts pour-cent de la puissance du décret. C’est pourquoi l’intérêt de l’étudiant doit supporter le décret et ses énergies doivent être positives et contrôlées s’il veut obtenir des effets positifs.

La somme de puissance libérée par le décret varie suivant la nature de l’étudiant. J’ai vu un homme touché à mort par un décret murmuré, de haine et de venin ; il était suffisamment chargé pour briser l’enveloppe physique. (Bien sûr, le coupable ne réalisa pas qu’en libérant son décret, il venait de signer son propre arrêt de mort.)

Le contrôle de l’énergie par les cordes vocales est déterminé par le degré de maîtrise que l’individu a sur son corps émotionnel. Le volume sonore libéré n’est pas aussi important que la qualité du son. Par exemple, le hurlement hystérique d’une personne en détresse a un volume important, mais ne rend aucun service constructif. En revanche, la sommation contrôlée de l’Initié rappelle le mort à la vie ; elle est connue pour briser le verre et renverser les murs par son volume et sa puissance.

Certains individus peuvent être, de façon naturelle, extrêmement positifs dans l’usage d’un son bas et magistral. D’autres ne peuvent transmettre l’émotion que par le truchement de la force physique qui donne au courant de vie l’assurance de l’accomplissement. Que chacun fasse selon son choix ! L’Action est l’exigence de l’heure. Un contrôle équilibré d’énergie est nécessaire, soit qu’il s’accompagne d’une voix forte, comme lorsque Jésus sortit Lazare du tombeau, ou de la voix du silence, par laquelle le soleil, tous les matins, est convié à se lever du lit de la nuit.

Lorsque le décret est associé à la visualisation de l’activité du Feu Sacré que l’on invoque, la qualité positive de la voix évitera le sentiment de bataille quelquefois apparent dans l’énergie vitale hésitante de l’étudiant.

D’un autre côté, lorsque les décrets sont émis d’une manière convenable et ferme et les formes-émotions sont vêtues de la substance, de l’énergie et de l’action vibratoire correspondant à l’octave dans laquelle demeurent la plupart des manifestations de détresse.

Je voudrais souligner que l’invocation rythmique accroît et focalise la puissance du décret, amplifie l’émotion du corps des étudiants, clarifie la forme-pensée et crée la dynamique de libération d’énergie, non seulement chez les êtres non ascensionnés, mais aussi chez les grandes Entités qui répondent toujours à de tels appels. A moins de travailler avec un groupe formé de Maîtres de l’invocation, la force s’éparpille lorsqu’on change trop souvent de schéma et le décret, et peu de service s’accomplit de cette manière.

Lorsque je suis appelé à travailler avec un groupe de chélas, mon premier souci est  de centrer la conscience des membres dans le Cœur du Feu Sacré. C’est à partir de ce Centre que les pouvoirs d’invocation des courants de vie sont les plus efficaces :

J’entre consciemment et réside dans le Cœur du Feu Sacré, véritable Centre de mon Etre.

I AM la Présence de Dieu dans le Cœur du Feu Sacré, et je parle et commande avec autorité.

I AM INVESTI du Pouvoir du Trois Fois Trois.

I AM INVESTI du Pouvoir de Transmutation.

I AM INVESTI du Pouvoir de Précipitation.

I AM INVESTI du Pouvoir de Lévitation.

Et ainsi de suite, ad infinitum.

Il est préférable de terminer par des conclusions courtes et claires, parce qu’elles scellent le décret, de même que les conditions transmutées, dans les sentiments énergétiques des étudiants. Alors, étant aux commandes de la Présence dans le Cœur du Feu Sacré et par son autorité, utiliser le pouvoir en un décret bien rythmé et laissez la dynamique s’installer !

Au nom de la Présence de Dieu que I AM,…
Par le Pouvoir Magnétique du Feu Sacré dont I AM investi, j’ordonne…

Je conseille d’utiliser dans les décrets des schémas de pensée constructifs plutôt que destructifs, comme par exemple tornade, parce que toutes las activités destructrices de la nature, représentées en images, ajoutent à la dynamique de ces forces, lorsqu’elles se déchaînent.

Si vous étiez en mesure de posséder quelques instants la vue intérieure et pouviez voir la réponse formidable des êtres des niveaux intérieurs, lorsqu’un groupe humain, investi du pouvoir conscient du Feu Sacré, libère de façon rythmique leur énergie par un schéma verbal, vous seriez embrasés par le désir de demeurer en compagnie de cette forme jusqu’à ce que le signal de votre monde de sentiments vous confirme son total accomplissement.

L’invocation ascendante complète son schéma sur la dernière parole du décret, et les Etres divins commencent leur dispensation sur le premier mot de l’acceptation.

Sur l’onde rythmique suivante, l’invocation ascendante s’élève jusqu’au sommet de la crête précédente, et alors, par la dynamique ajoutée de l’énergie augmentée, elle s’élance plus loin vers les sphères supérieures et rapporte une dispensation amplifiée.

La capacité du directeur à diriger l’énergie sur un mode rythmique détermine l’efficacité du décret et la hauteur qu’il peut atteindre pour provoquer le retour de la Lumière divine dans le monde des hommes.

C’est le principe du bélier contre la porte fermée, celui aussi utilisé pour exploiter les énergies humaines aux temps anciens des rameurs galériens ou des haleurs de bateaux de la Volga. Aujourd’hui, nous l’utilisons à des fins plus constructives.

Le volume sonore n’est pas aussi important que l’unité de l’énergie. Certaines gens n’acceptent l’accomplissement qu’à travers la libération forte de la parole prononcée, d’autres par les émotions. Tout dépend de l’évolution de l’individu et des tendances naturelles.

Disons simplement que le rythme, l’unicité de but, la netteté de l’activité représentée en image et une vitesse suffisante de répétition sont essentielles pour maintenir alertes les corps intérieurs et conditionnent l’Accomplissement divin.

Les pouvoirs de la protection divine, qui peuvent être invoqués ne connaissent pas de limite ; il n’y en a pas non plus à la puissance de transmutation de l’Amour christique cosmique. Vous avez tout en main pour diriger, protéger et soutenir vos entreprises divines.

 Le Rythme

L’univers est construit sur l’harmonie du rythme, de la précision, de l’expansion et de la contraction. Le décret, le chant, la respiration, la marche et le rythme parfait sont l’activité équilibrée de la vie, et lorsqu’ils sont incorporés au rituel du Septième Rayon, il n’y a aucune sensation d’épuisement.

Lorsque les énergies des courants de vie sont décentrées, l’entreprise devient effort.

 La Couleur

L’action vibratoire différenciée des couleurs est un sujet en soi. Qu’il suffise de dire que les sphères colorées qui entourent la Présence et forment l’Aura spirituelle, ou Corps Causal, sont représentatives de la couleur vibratoire des Sept Sphères.

Chaque courant de vie de la planète provient d’un rayon particulier, et son Archétype (sa Présence) réside dans la sphère particulière à laquelle il appartient. Il faut comprendre, néanmoins, que cette Présence individualisée n’est confinée à aucune sphère, mais peut, à volonté, rendre visite à n’importe quelle autre.

C’est à la couleur représentative de son rayon particulier que le courant de vie non ascensionné répond le plus favorablement. S’il n’est pas sûr de son rayon ou de sa sphère, il peut, par l’examen de ses habitudes et tendances et en méditant sur sa propre Présence, découvrir la position correcte qu’il occupe de droit au Royaume de dieu. Il constatera aussi qu’il est irrésistiblement attiré par une certaine couleur, qu’on pourra interpréter comme confirmation supplémentaire de son rayon et de sa sphère.

Comme la dispensation de la Divinité souligne la couleur et le rayon de chacune des sphères successives au cours des sept jours de la semaine, l’individu constatera au cours des sept jours auquel il appartient, que ses forces vitales sont stimulées le jour où la couleur et la radiation de ses rayons et sphère sont honorées par la Lumière cosmique.

Les habits de cérémonie qui devront être incorporés aux rituels du futur seront conçus pour souligner ces dispensations journalières particulières ainsi que chaque pouvoir ou activité spécifique du Feu Sacré, utilisé pour le bien de la race par un service particulier dans les temples et les groupes.

Les Sept Sphères

Considérons la Divinité comme un Soleil ! Il y a, entourant ce Centre focal d’Intelligence, sept Sphères Puissantes de Conscience, chacune séparée de l’autre par sa propre ligne périphérique qui forme sa frontière naturelle. Les Sept Sphères sont l’Aura de Dieu, et chacune est habitée par de grandes Intelligences divines qui, toutes, cherchent à faire la volonté du Père, élargissant son Royaume et Sa Conscience.

Le développement de son Royaume s’accomplit par la libération rythmique d’ondes pulsatives de Sa propre Conscience divine, contenant les germes spirituels de toutes formes et manifestations, depuis le plus petit brin d’herbe jusqu’à l’étoile la plus brillante dans sa résonance cosmique.

Au fur et à mesure que les idées divines passent de sphère en sphère en ondes éternelles expansives, elles sont absorbées par les Etres et Intelligences se trouvant à l’intérieur de chaque sphère. L’action vibratoire des éléments naturels propre à chaque sphère modifie la splendeur éclatante de ces idées divines qui, ensuite, quittent une sphère pour la suivante, et ainsi de suite, voyageant constamment en direction de la manifestation dans le monde de la forme, leur gloire charitablement atténuée de manière à ce que les Etres de la sphère suivante puissent absorber au mieux leurs bienfaits.

Une modification constante de la Lumière divine et l’habillage permanent de la Conscience d dieu de réalisent dans chaque sphère, afin que les idées divines se vêtent de la substance électronique de chacune d’elles en séquences ordonnées et atteignent enfin la Septième sphère , ou Royaume Ethérique, où elles attendent leur précipitation dans le monde de la forme.

La Première Sphère représente le Cœur même de la Création. Les grands Etres qui constituent l’Intelligence directrice de cette sphère sont appelés les Manus de la race humaine. Le Maître qui active leur Volonté dans le monde de l’homme est le Chohan du Premier Rayon, El Morya. Son service à la Vie est de transporter les idées et directives divines dans les esprits de ceux des Etres de la Seconde Sphère qui les habillent d’une forme réelle exploitable. Dans cette Première Sphère résident aussi les Sept Puissants Archanges qui se sont portés volontaires pour garder et protéger la race humaine en évolution. Ici, dans cette Première sphère, naît chaque idée, chaque dessein, chaque plan et bienfait qui se manifeste ou se manifestera un jour dans le monde physique. Ses Habitants sont des Etres dont le service à la vie est d’incorporer les idées divines et de les porter vers la périphérie de la Première Sphère pour les confier aux Messagers, en attente, de la Seconde Sphère.

Comment un esprit fini pourrait-il concevoir la beauté, la perfection, la joie et le bonheur de ces idées ? Les Armées de Chérubins et Séraphins, Messagers du Plus-Haut, vivent ici, dans la Première sphère. Ils baignent dans le Feu de la Création et incorporent son Essence dans leurs propres Je. Puis, ils commencent le grand rituel de précipitation cosmique des bienfaits du ciel, qui transporte ces idées de Royaume en Royaume jusque vers les confins les plus reculés du Grand Royaume et la périphérie de la Septième sphère. Contenant l’essence la plus pure de la divinité à l’intérieur de leurs Je resplendissants, ils fusent vers l’intérieur dans leur course cosmique, portant la lumière du ciel dans la conscience des Etres de la Seconde Sphère.

De la façon la plus affectueuse, les Habitants célestes de la Seconde sphère reçoivent les Messagers cosmiques et les idées du cœur de Dieu. Ils les assimilent, les revêtent de la substance de leur propre grande Lumière et de la substance lumineuse universelle qui forme l’atmosphère de leur sphère, puis, à leur tour, les transmettent à la conscience réceptive et à l’atmosphère de la Troisième Sphère.

Dans cette Seconde Sphère, les idées divines et les schémas de future grandeur sont moulées dans leur forme par l’usage des pouvoirs créatifs de la force du Mental supérieur. Ainsi, la semence du Père tombe sur un sol fertile (conscience individuelle intelligente) et commence à prendre une forme précise dans le monde de la pensée divine.

L’Intelligence divine qui gouverne cette Seconde Sphère est le Seigneur Bouddha qui, ensemble avec son Frère, le Seigneur Maitreya, interprète les idées divines de la Première sphère par l’élaboration des religions mondiales et des croyances. Leur représentant, le Chohan du Second Rayon, Kuthumi, prolonge et consolide leur service cosmique par les canaux éducatifs des sphères intérieures et par ceux du monde de l’apparence physique.

La  richesse de la dispensation du Père est tellement grande que cette essence se presse toujours vers l’avant, habillée en schémas de pensée intelligents, tant elle est désireuse de se répandre en bienfaits rythmiques. Alors, la Troisième sphère se prépare à recevoir la dispensation divine.

Dans la Troisième Sphère, la gloire et le rayonnement de la Seconde Sphère ont déjà habillé l’immanence divine en schémas de pensée, afin qu’elle soit mieux assimilée par la conscience vibrante de ce Royaume. Ces idées divines sont pourvues de vie et deviennent des foyers vivants et palpitants de choses en devenir. C’est le Royaume du Saint-Esprit sous la direction de ce grand représentant cosmique de la Troisième Personne de la Trinité que nous connaissons par son titre de Maha Chohan.

Dans cette Troisième sphère, l’essence de la vie est impartie aux formes-pensées descendant des premières et deuxièmes sphères. Jusqu’à ce que la pensée soit habillée de vie par la nature émotionnelle, elle ne devient pas une force vitale, vivante, pouvant s’exprimer dans le monde tridimensionnel. Par conséquent, la Troisième Sphère vivifie toutes les manifestations qui s’extérioriseront jamais sur la planète Terre.

L’activité de la Troisième Sphère est comme un prisme : elle divise les rayons spirituels par lesquels s’écoule la vie qui transforme les pensées en choses réalisées ; la radiation et les dons du Troisième Rayon procèdent à travers les cinq subdivisions de ce grand rayon dans le monde de la forme. C’est pourquoi les grands Chohans de ces cinq rayons agissent sous la supervision de leur Suzerain, le Maha Chohan.

La première subdivision du Troisième Rayon est sous la direction du Chohan connu sous le nom de Paul le Vénitien. Son service cosmique est de recevoir les formes-pensées divines à l’état de projets, contenant aussi bien les mouvements mondiaux que de simples bienfaits individuels pour la race humaine. Il les divise selon leurs caractéristiques et leur service potentiel à la vie et les distribue aux Chohans en charge de la dispensation correspondante. A leur tour, ces Chohans les projettent de leur sphère d’activité dans le monde de la forme par l’intermédiaire de chélas, conscients ou non, qui sont ouverts à leurs impressions cosmiques et à leur influence. Ainsi, le Vénitien devient l’avant-poste du Maha Chohan et le transformateur-réducteur de ses énergies pour ce qui est  de canaliser les bienfaits de  dieu par les facettes adéquates dans le monde du réel.

Un groupe d’Etres de la Troisième sphère se joint aux Armées de chérubins et Séraphins pour accompagner le passage des formes-pensées vivantes dans la Quatrième sphère de vie consciente. A nouveau, une grande diffusion d’épanchement spirituel et une radiation plus riche baignent l’atmosphère de la sphère visée ; les Idées divines palpitent à travers la substance électronique de la Quatrième sphère et sont absorbées par toute conscience réceptive qui les développe à son tour.

Le grand Chohan de la Quatrième Sphère est le Maître Sérapis Bey. Les formes-pensées développées par les premières et deuxième sphères, dotées de la vie du Saint-Esprit dans la Troisième sphère, trouvent dans ce royaume leur premier point de contact avec  la conscience individuelle d’êtres non ascensionnés. Une très grande majorité d’Archétypes divins (de Présences) résident dans ce Quatrième Royaume. C’est là que les Ego christiques reçoivent les idées divines, schémas et desseins, et les développent durant des siècles d’efforts et les projettent dans le monde des hommes à travers leurs propres personnalités physiques ou par l’intermédiaire de pupilles avancées agissant sur des schémas d’effort similaires à ceux qui se développent et se perfectionnent et se perfectionnent dans ce royaume. Les idées qui ne sont pas animées par une Intelligence consciente du Quatrième Royaume continuent leur chemin, transportées par les Armées des Séraphins et chérubins et par l’escorte d’honneur du Quatrième Royaume vers la conscience des Etres, en attente, du cinquième Royaume.

A l’intérieur du Cinquième Royaume, la semence du Père, en particulier celle relative aux découvertes scientifiques, aux inventions et à la recherche médicale, parvient à la conscience réceptive des Etres actifs dans les temples de la science. De ces temples, les formes-pensées sont dirigées dans les esprits et les cœurs d’hommes et femmes désintéressées travaillant sur Terre dans ce genre d’expression. Le grand Chohan du Cinquième Royaume est le Maître Hilarion. Il fut Saint Paul aux jours de la Bible.

De la même manière que la Cinquième Sphère vibre au rythme de l’essence de la Divinité, nous constatons que les bienfaits de Dieu, ne sont en rien diminués et que les énergies glorieuses attendent leur transmission dans la sixième sphère pour élargir le cercle de leur expression manifestée.

A l’intérieur de la sixième Sphère se trouvent les centres causatifs de la religion chrétienne, où la dévotion et l’adoration émotionnelle représentent la source par laquelle les énergies spirituelles sont libérées pour le bien de la race humaine. Là, dans les plus hauts Cieux de la pensée orthodoxe, demeurent les grands Chœurs célestes. De cette magnifique sphère afflue l’inspiration vers les hommes et les femmes qui ont répondu à l’appel élevé des chefs religieux et mènent leurs brebis du mieux qu’ils peuvent.

Le grand Chohan de la Sixième Sphère est le Maître Jésus et, par les services d’un temple merveilleux, lui et sa Mère, Marie, baignent dans l’essence spirituelle de leur divinité chrétienté le monde chrétien et les Dévas qui gardent et protègent les magnifiques églises érigées en son Nom, de même que tous ceux qui ont accepté le Christ.

Les armées de Chérubins et Séraphins se préparent à apporter les bienfaits du Père au Septième Royaume. Nous réalisons alors que celui-ci est par destin naturel la frontière du Royaume et que le monde tridimensionnel d’aujourd’hui a sombré au-dessous de cette limite de sécurité.

C’est vers le Septième Royaume et vers son Chohan (mon humble Etre) que nous devons regarder pour atteindre le premier point de contact entre la conscience extérieure et les schémas divins de la volonté de Dieu et de Ses Messagers. La Septième Sphère contient en elle-même le schéma éthérique de toute manifestation du plan divin qui a été abaissé de façon rythmique à travers les six sphères précédentes et qui attend son expression dans la forme physique. C’est la première sphère au-dessus de l’octave humaine de limitation et d’imperfection, vers laquelle l’âme s’élève dans son voyage de retour vers le Cœur de Dieu.

Par conséquent, la tâche et la responsabilité du Chohan du Septième Rayon est de fournir une voie et les moyens par lesquels les humains pourront à nouveau unir leur conscience aux sphères intérieures et devenir les corps conducteurs de la divine Perfection depuis ces sphères au travers de la conscience du je externe.

Les Maîtres Ascensionnés ont dit et répété que ce Royaume explose littéralement de toutes les bonnes choses qui ont transité par les autres sphères.

Mais parce que la conscience externe de l’homme a résisté et refusé d’accepter le plan divin, le Royaume Ethérique n’a pas été en mesure de transmettre les gloires et bienfaits descendus des sphères supérieures et de compléter ainsi le rythme fluant de l’effort créatif. Tout membre de la famille humaine peut m’offrir sa conscience et demander que son être individuel soit le réceptacle-transmetteur des bienfaits et de la perfection que renferme mon Royaume.

Tout homme, femme, enfant, vivant aujourd’hui sur Terre ou dont la naissance est attendue dans le futur, a une Présence divine, un Schéma divin, un Archétype, qui réside dans l’une des sept sphères. Chaque courant de vie incarné est destiné à être le centre rayonnant de la force spirituelle de la sphère intérieure où réside sa Présence. Il doit comprendre que son propre Je supérieur vit réellement et sert la vie dans l’une de ces sphères, développant certains Desseins divins saisis par sa conscience supérieure. Ces Desseins attendent l’éveil, la réceptivité de l’esprit extérieur pour trouver leur expression dans le monde de la forme.

Les caractéristiques actuelles, quel que soit son niveau de développement, indiquent le Rayon et la sphère auxquels il appartient de droit. A mesure que l’individu purifie son propre monde, il élève l’action vibratoire de son Rayon vers son expression la plus puissante et la plus parfait à travers son être personnel. Il devient aussi le centre radiant de la force  spirituelle inhérente à la sphère où réside sa Présence, ayant un effet bénéfique sur toute la vie qui l’entoure.

Diagramme des Sept Sphères

  

Rayon               Maître                     Qualité chez                Qualité chez             Couleur             Service

                                                         l’homme non                  l’homme                                         naturel

                                                           développé                   développé

Premier          El Morya               volonté humaine         pouvoir, initiative         bleue              dirigeants

                                                          Agressive                                                                              cadres

                                                       domination

Second           Kuthumi            arrogance intellectuelle     sagesse, force              jaune            instructeurs

                       Lanto                      accumulation de                                                                     étudiants

                                                connaissances terrestres

Troisième     Vénitien                    amour humain            amour, tolérance            rose                 arbitres

                                                           licence                                                                               médiateurs

Quatrième     Sérapis Bey        comportement non           développement             cristal                artistes

                                               conventionnel, caractère         artistique                                          musiciens

                                                           bohème

Cinquième     Hilarion                  agnosticisme               développement              vert                 médecins

                                                tendances athées               scientifique                                            inventeurs

Sixième          Jésus                 fanatisme religieux            adoration                 or et rubis       prêtres, ministres

                       Nada                      zèle exagéré                    dévotion                                             guérisseurs

Septième   Saint Germain             snobisme                    service ordonné              violet                diplomates

                                                   Pudibonderie             culture, raffinement                                     gentlemen

                                                                                          diplomatie                                              mystiques

 

La Loi du Cercle

La Loi du cercle gouverne toute vie manifestée, depuis la plus petite molécule jusqu’à la Divinité Elle-même. Chaque expression de vie est dotée d’une certaine quantité d’énergie, selon ses besoins et en accord avec son développement. Par conséquent, il lui est donné avec chaque inspiration l’opportunité d’une vie meilleure.

Cependant, la majorité des humains ne comprennent généralement pas bien qu’en tant qu’expression de vie consciente de soi, ils sont responsables devant la Loi Cosmique de chaque particule de cette précieuse énergie extraite du Cœur de la Divinité, ni d’ailleurs que cette énergie est totalement soumise, par décret divin, à la volonté et aux ordres de l’homme. Cela constitue la plus haute expression de l’Amour de dieu et Sa générosité envers Ses enfants.

Les vibrations voyagent par le canal de cette énergie de Lumière. La distance qu’elle couvre dépend de l’intensité avec laquelle elle est projetée, mais aussi bien dans son voyage aller qu’à son retour, elle obéit à la Loi du Cercle. Pendant son émission, elle attire des vibrations correspondant à sa propre fréquence. Lorsqu’elle complète son cercle et revient à sa source, elle est accompagnée d’un bon nombre de pensées et de vibrations émotionnelles de la même qualité que celles émises par elle-même au départ.

Il n’y a jamais de mélange ou d’erreur dans le retour de l’énergie vers son origine : chaque onde qui reflue connaît infailliblement son propre géniteur ; la Loi Cosmique est exacte. Au moment où l’énergie touche l’aura de son émetteur, elle s’installe comme elle y était à l’origine et commence à faire germer des semences qui produisent une récolte conforme à leur nature. Si l’énergie émise était aimable et harmonieuse, leur retour vers l’individu se fera dans la paix et ‘abondance. Si les pensées émises ont été d’une nature discordante ou blessante, alors la récolte de l’individu sera, en conséquence, amère. Jésus n’a pas dit en vain : ce que vous sèmerez vous le récolterez.

La Loi de Rétribution, la Loi de Cause et d’Effet et la Loi du Cercle sont synonymes et se reflètent au même aspect de la Loi cosmique. Bien qu’elles soient infaillibles dans leurs conséquences pour les humains, ceux-ci n’ont rien appris de leurs effets. N’est-il pas bien plus sage et plus sûr de vivre en accord avec la Loi d’Harmonie, jusqu’à ce que l’élément Amour se soit développé intérieurement au point que les hommes souhaitent se soumettre à l’Amour plutôt qu’à la Loi ? Jésus a dit : Moise vous a apporté la Loi ; je vous amène l’Amour.

Sous la nouvelle Dispensation, l’attention de l’homme se tourne à nouveau vers le Christ dans son propre cœur. Il lui est dit de lever ses yeux vers la perfection de son propre Archétype, fait à l’image de Dieu et à Sa ressemblance. Il est instruit du pouvoir d’invocation par lequel il peut faire appel à son Père pour qu’Il restaure en lui son Eternelle Mémoire Divine et pour qu’Il lui révèle la Gloire qu’il partageait avec Lui au commencement avant que le Monde ne fût.

Les Cycles Cosmiques

De grands évènements cosmiques se produisent à l’intérieur de ces cycles ou cercles gigantesques, et le grand cycle gouvernant la dispensation de quatorze mille ns des sept rayons doit se boucler par la jonction du Septième Rayon avec le Premier.

Voilà pourquoi le grand Chohan du Premier Rayon, le Maître Morya, et moi-même, Chohan du Septième Rayon, ensemble avec nos chélas respectifs, sommes actuellement si étroitement associés dans notre intérêt, notre but et nos efforts.

Cela ne signifie pas pour autant que les cinq autres Chohans et leurs chélas ne soient pas également intéressés de façon vitale aux activités glorieuses naissantes qui caractérisent le Septième Rayon et à celles, encore plus grandioses, qui se manifesteront lorsque le Nouveau Jour déploiera ses pleins effets. En fait, on pourrait appeler la Dispensation du Septième Rayon la Récolte Cosmique, parce qu’elle est réellement le rassemblement ou la moisson des meilleurs efforts de tous les rayons depuis le début du cycle cosmique. Elle pourrait aussi être comparée au dernier acte d’un opéra cosmique, lorsque les efforts de tous les musiciens et artistes se confondent en une glorieuse symphonie, avec tous les acteurs et participants sur la scène.

Chaque individu qui s’est incarné dans ce grand cycle prend une part intégrale et active aux occupations du Septième Rayon, et tous, ascensionnés ou non, participeront à sa gloire finale.

Sous les auspices de ce rayon se présente une occasion pour chaque membre de la race ; tous sont invités à pousser à la grande Roue cosmique et à accélérer la réalisation de son entreprise triomphante et finale.

Pendant le prochain cycle de deux mille ans, par tous les canaux d’expression physique et spirituelle, la Terre connaître une période d’activité sans précédent ; chaque individu se trouvant dans sa zone d’influence aura l’opportunité d’atteindre, à la lumière du nouvel enseignement, sa propre maîtrise et récolter ainsi les fruits de nombreux siècles d’efforts et d’incarnations sous la dépendance de chacun des rayons précédents. Tout individu de la planète qui n’a pas encore atteint la liberté spirituelle, quel que soit le rayon auquel il appartienne, aura la possibilité de se réincarner durant le Cycle du Septième Rayon ; il sera éduqué selon de véritables principes spirituels et, de par sa connaissance du Feu Sacré, aura la possibilité de brûler l’ivraie semée par l’ennemi (son je inférieur) et d’offrir en même temps une récolte magnifique à son Dieu.

Il apparaît donc évident que tous les sept Chohans sont puissamment intéressés à la récolte de chaque individu dont ils ont la charge, et tous les grands Etres et Pouvoirs de Lumière qui sont en relation de quelque manière que ce soit avec l’évolution de la planète, joignent leurs forces sous les auspices de la Grande Fraternité Blanche pour libérer la Terre et son peuple des forces obscures qui ont menacé de l’engloutir. Nous ne faisons qu’attendre la réponse de l’homme à notre appel.

LA conclusion de ce grand Cercle Cosmique marquera le début d’un age d’Or permanent, qui verra les Dieux, les Anges et les Hommes marcher ensemble en paix et en harmonie et la Terre prendre sa place légitime parmi les étoiles triomphantes dans le firmament de Dieu. En vérité, le temps est proche où se manifestera aux yeux de tous les hommes cette prophétie :

Aucun œil n’a vu, ni oreille entendu, ni cœur humain perçu la magnificence de ce que Dieu a préparé pour ceux qui L’aiment.

L’Ardente Flamme Cosmique de la Liberté

Dans son immense majorité, l’humanité n’est pas consciente du fait que, bien que les hommes aient perdu leur état divin, ils n’ont jamais été dépossédés de leur pouvoir créatif, cela grâce à l’amour bienveillant du Père Eternel. Ils ne réalisent pas qu’ils créent eux-mêmes toute expérience, bonne ou mauvaise, qui se manifeste dans leurs mondes. Les étudiants du Nouveau Jour, en acceptant cette vérité, ne sont néanmoins pas totalement convaincus dans leurs émotions qu’ils possèdent également le pouvoir de dissoudre, par la Flamme consumante, les expériences malheureuses qui rendent leur vie quotidienne si inconfortable.

L’intelligence directrice de l’homme commande l’énergie de son courant de vie. L’énergie est la vie divine en action. C’est la substance à partir de laquelle se forme toute création manifestée ou non manifestée. C’est l’émanation du Corps ou de la Conscience de dieu qui, par décret divin, se soumet sans restriction aucune aux ordres et mandats que la volonté de l’homme, consciente ou non, lui impose.

Cette pure énergie de vie divine ne peut être contaminée dans son essence de lumière intérieure, mais elle peut être revêtue de la qualité de la conscience qui la contrôle. Ainsi, elle s’habille de la forme, bonne ou mauvaise, que cette conscience lui donne.

Ce sont ces vêtements sombres couvrant la pure lumière électronique qui constituent les ombres de notre Etoile, sans cela éclatante de lumière, et ce sont les épouvantables formes que revêt l’énergie mal utilisée qui, lorsqu’elles réintègrent l’aura de l’homme, rendent si malheureux son séjour sur Terre.

Mon service au monde en tant que Chohan du Septième Rayon est d’enseigner à l’homme comment éliminer les erreurs par la Flamme consumante de l’Amour de la Liberté et de lui inspirer le désir positif d’une vie plus pure, plus propre et plus heureuse. Ayant ce but en point de mire, j’ai souligné sans cesse l’importance de l’usage permanent de l’aspect purifiant et consumant du Feu sacré, et je n’exagère pas lorsque je déclare que personne n’utilise suffisamment cette Flamme Cosmique Violette de l’amour de la Liberté, compte tenu du fait que tout courant de vie s’est incarné des milliers et des milliers de fois au cours de son interminable évolution et que, durant ce long séjour, il a abusé presque continuellement de cette énergie.

Le Maître Jésus a déclaré que l’homme est responsable de chaque parcelle d’énergie qu’il utilise, et même nous, Ascensionnés sommes tenus responsables et devons rendre compte à la Loi Cosmique de chaque once de cette précieuse substance de vie que nous dépensons. En qualité de Chohan des dispensations du Septième Rayon, je suis donc infiniment reconnaissant envers le Père Eternel de toute Vie et Lumière, qui a pourvu l’homme de la faculté d’effacer de son être et de son monde tous les siècles de discorde accumulée, de purifier son esprit des récurrences de manifestations (néfastes) et d’élever sa conscience externe au niveau où il peut joindre ses forces à celles de son esprit, intérieur pour progresser rapidement vers la Liberté éternelle, même s’il parcourt encore cette Terre vêtu de la forme humaine.

Demeures et Retraites

Tout individu suffisamment avancé sur le chemin de l’évolution pour justifier son état d’Ascensionné a le privilège de conserver une demeure sur chaque planète où il a servi la vie et peut y retourner à volonté dans l’exercice de ses devoirs.

De nombreux Membres de l’Armée Libérée ont encore un centre de ce genre sur la planète Terre, et y retournent souvent pour une raison ou une autre. Il s’agit souvent d’une maison qu’ils ont aimée durant leur existence corporelle, et même  si cette résidence est occupée aujourd’hui par d’autres Terriens, rien n’empêche le Maître de conserver dans sa conscience l’enregistrement éthérique de l’endroit tel qu’il apparaissait aux jours de son incarnation ; ses allées et venues ne dérangent en rien les occupants présents. Cette circonstance contribue au contraire à faire de la demeure, à l’endroit où elle se situe, un centre de lumière et de radiation.

Certains Maîtres entretiennent ainsi plusieurs maisons. A côté de ma résidence de Transylvanie, je dispose également d’une demeure dans la Cité éthérique au-dessus du désert du Sahara, d’où est issu le schéma de vie magnifique établi sur Terre il y a des milliers de siècles, alors que tous, nous connaissions une grande perfection, l’abondance et le bonheur et que, par-dessus tout, nous avions une relation consciente, intelligente, ininterrompue, avec notre Je divin.

Je reviens souvent à la paix de cette demeure parfaite, d’où j’enveloppe le monde et son peuple dans l’essence divine qui est son atmosphère naturelle.

Si vous vouliez bien vous brancher sur la cité céleste où se trouve ma maison, vous sentiriez revenir à vous, sur le rayon de votre attention, la paix et l’harmonie qui constitue une partie permanente de son environnement.

La Grande Fraternité Blanche

L’éventail des activités de la Grande Fraternité Blanche est tellement ample et diversifié que des centaines d’Etres divins sont nécessaires pour diriger les nombreuses lignes de force par lesquelles est assuré le progrès de la race. A Shamballa, on peut voir un flux régulier de visiteurs se rendant au Trône royal et, en repartant ; tous sont engagés dans la mission d’élargir les frontières du Royaume de Dieu.

Il serait parfaitement impossible à un seul Maître Ascensionné de gouverner et d’exécuter complètement les activités si diverses de l’Esprit et du Cœur de dieu. Encore moins un être non ascensionné pourrait-il tenter de concentrer le bien prévu pour le progrès de notre étoile, la Terre, au travers des limites finies d’une conscience humaines. Une seule pensée lucide, impartiale, l’espace d’un instant, montrera le bien-fondé de cette affirmation et l’impossibilité pour quiconque de rendre un tel service.

Si un individu non ascensionné pouvait prendre à sa seule charge les moyens d’élever une planète de dix milliards d’âmes à l’Etat Christique, croyez-vous que les Avatars, qui ont vécu et qui ont incarné tout le Pouvoir Christique de la Divinité ne s’en seraient pas chargés ? Pourtant, Bouddha et Jésus sont venus, puis repartis, donnant à d’autres courants de vie l’occasion d’offrir à ce schéma évolutif les énergies et talents de leurs mondes individuels.

Sur notre Octave, la Grande Fraternité Blanche a été crée par Sanat Kumara, dans le but d’élever la conscience à un niveau où ils pourraient devenir des Seigneurs de la Flamme, puis engager leurs énergies de vie à éduquer d’autres membres de la race pour qu’ils sachent émettre leur lumière autogène. Il est dans la nature de dieu de permettre à Ses enfants de devenir des co-créateurs. En fait, c’est la raison véritable pour laquelle les mondes ont été formés et les hommes et les femmes envoyés pour faire l’expérience de l’énergie et avoir la joie de la création par leurs propres efforts conscients.

La Fraternité humaine

Il n’y a pas beaucoup de courants de vie capables de comprendre le devoir consistant à susciter le désir de fraternité dans le cœur des hommes et, encore moins, l’effort bien plus difficile de sacrifier le je externe à la Cause. Depuis les siècles des siècles où l’humanité a chu de son état naturel de perfection spirituelle, on pourrait presque compter sur les doigts d’une main les courants de vie incarnés qui se sont dédiés à rappeler l’attention de la race humaine sur son plan divin. Alors, presque invariablement, ces esprits dévoués ont dépassé la roue de la vie et de la mort par leurs propres efforts conscients, abandonnant la scène des luttes terrestres au peu d’êtres ayant perçu leur vision et essayé de la suivre.

L’efficacité de tous les efforts spirituels des bergers de la race est à la mesure de leur sentiment intérieur d’amour. Le seul but des normes et règlements est d’aider les courants de vie tâtonnants dans leur ascension de l’échelle de l’évolution, mais, très souvent, on constate que la lettre tue là où l’Esprit devrait donner la vie.

Les Maîtres de Sagesse s’efforcent toujours d’inculquer à l’étudiant de la vie le désir de respecter certaines lois, parce qu’alors le progrès est joyeux et fructueux ; c’est la véritable manière de conduire les brebis hors des ombres caverneuses de ‘apparence humaine vers lumière de l’éveil divin.

Il est recommandé de conserver un cierge allumé, afin que son rayon réconfortant illumine le chemin sombre et tortueux qui mène du monde des ombres à la Lumière, mais lorsque l’huile de l’esprit se déverse dans une nouvelle Lampe, sages sont ceux qui remplissent la leur à sa source, de peur que la mèche ne soit sèche au temps du plus grand besoin. Alors, avec quoi éclairerons-nous le chemin pour les moindres fils de l’homme ? La lampe de nombreux individus est vide à l’heure où sa lumière est le plus indispensable ; ils n’ont ni la nourriture, pour guider sur le chemin ceux qui font appel à eux.

Il est tout à fait honorable pour un esprit Gardien de choisir de rester avec son peuple, mais même nous, Membres de l’Armée Ascensionnée, qui vivons dans le Cœur de l’Harmonie, visitons souvent le Soleil de notre système, afin de nous régénérer pour mieux servir.

Le Service à la Vie

Pour le service à la vie, la plupart des gens suivent le cours dicté par leur cœur et, à cet égard, tous sont dotés du libre arbitre par la Loi Cosmique. Toutefois, il est évident que plus une conscience humaine s’ouvre à la Lumière de la Vérité, mieux elle comprend les mandats définis par ceux qui ont parcouru le chemin de libération avant elle.

Lors de la Cène, le Maître Jésus donna au monde la leçon de l’humilité en baignant les pieds de ses disciples. Nous avons là une illustration du fait que le plus grand sert le plus petit, et cette noblesse caractérise le service de l’Armée de Lumière Libérée envers une humanité souffrante et captive. Dans chaque règne extérieur au Royaume, lorsque le besoin d’assistance se fait spécialement sentir ou en période de grande urgence, il y a toujours des Fils et des Filles de dieu qui servent leurs frères infortunés dans le plus strict anonymat et sans souci de remerciement.

Beaucoup de ces Maîtres d’Amour servent la vie dans les ombres profondes du plan astral. Très souvent, ils libèrent à mains nues les courants de vie, que le karma force à résider dans ces zones obscures, de la présence de créations effroyables d’apparence humaine, engendrée par de nombreux siècles d’utilisation abusive de la pure énergie de Dieu. En des endroits encore plus profonds et obscurs, où la lumière pénètre rarement, d’autres servent en s’évertuant, par l’amour et le pardon, à alléger la dette karmique des âmes souffrantes.

Ces serviteurs altruistes sont des Etres émancipés, dont beaucoup ont parcouru la Terre dans des vêtements de chair et qui, par adhésion à la Loi cosmique de Vie, par l’abnégation et le service, ont gagné leur liberté. Les Portes du Ciel leur étaient grandes ouvertes, mais, ils se sont portés volontairement détournés de la gloire et du bonheur, qu’ils avaient pourtant bien mérité, pour servir leurs frères souffrants là où le karma de ceux-ci les a conduits.

Lorsqu’un être s’éveille à l’esprit, la grâce de vie lui offre une possibilité de servir son prochain aussi loin que ses connaissances et sa capacité le permettent, alors qu’il est encore redevable de beaucoup d’énergie de libération. La Loi cosmique compense son service avec sa dette karmique et, ce faisant, lui permet de régler sa dette à la vie en une courte période, alors que normalement, de nombreuses incarnations seraient nécessaires. Sous la Dispensation du Septième Rayon, celui qui sert la vie est lui-même le plus grand bénéficiaire de son service. Comme l’a dit le Maître Jésus : personne n’a un plus grand amour que celui qui offre sa vie pour son ami.

L’Effort de Coopération

La conscience humaine est imprévisible : à cause du libre arbitre dont elle jouit, elle s’égare parfois sur les chemins de son propre choix, mais après de tortueux détours, elle se retrouve sur le sentier direct et sûr qui mène à la vie immortelle. Le canal de la vérité fait également bien des détours inutiles, mais la Source cosmique, dispensatrice des eaux vives auxquelles s’abreuve la nature spirituelle de l’humanité, ne tarit et ne faiblit jamais, et si une porte se ferme à son flux, l’eau de la vie continue son chemin par n’importe quel autre canal que la vie lui fournit. Mais elle doit continuer à s’écouler, obéissant à l’Amour de Dieu qui cherche toujours à s’étendre par l’intermédiaire de Ses enfants, soumise aussi à l’attraction magnétique de l’âme des hommes dont le désir de compréhension ne peut pas être exaucé.

N’avez-vous jamais vu un petit ruisseau, obstrué par quelques déchets, trouver par lui-même un nouveau cours et se creuser un nouveau lit pour s’écouler à nouveau vers son but ? C’est dans la nature de la vie : naissance et mort, flux et reflux, inspiration et expiration, et aucun être humain ne peut jamais s’interposer dans le flux naturel du rythme de la vie.

Le soleil ne peut pas limiter sa radiation à un seul rayon, et l’amour de Dieu encore moins à une seule conscience humaine. Les âmes des hommes, de tous les hommes, noirs, jaunes et blancs, de tous les pays, sont la préoccupation des Maîtres de Sagesse, parce que de la Flamme dans leurs cœurs proviendra l’illumination qui fera de cette sombre étoile un soleil brûlant de Liberté.

C’est par l’expansion de leur lumière que le grand Sanat Kumara pourra retourner à sa demeure sur Vénus après des siècles d’exil sur notre planète où, dans l’anonymat presque total, il a établi à partir de son propre Cœur l’équilibre de Lumière que demande la Loi Cosmique de n’importe quelle étoile ou planète pour conserver sa place dans le système solaire. Notre Terre était tombée bien au-dessous de ce seuil depuis la chute de l’homme, et ce n’est que par le sacrifice de ce grand et puissant Ami, compensant constamment notre déficit de production de lumière, qu’elle n’a pas été dissoute il y a bien des âges.

Aujourd’hui cependant, un certain nombre d’humains ont répondu à notre appel pour plus de lumière, et nous avons l’espoir que par notre effort de coopération, de plus en plus d’hommes et de femmes s’éveilleront à leurs responsabilités et libéreront davantage d’énergie harmonieuse. Puissions-nous ainsi libérer notre grand Bienfaiteur de la tâche qu’il s’est lui-même imposée en prenant à sa charge nos propres obligations.

Vénus et la Terre doivent passer dans un avenir relativement proche par de sévères initiations, et il est impératif que Sanat Kumara soit avec sa planète lorsqu’elle fera cette expérience cruciale. Mais il est évident aussi qu’il n’abandonnera pas la tâche, volontairement prise sur ses épaules, d’assister la Terre aussi longtemps qu’elle ne pourra elle-même répondre à la demande de la Loi Cosmique.

Dans ces conditions, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que les Fils du Ciel, conscients de ces circonstances, font des efforts extraordinaires de ces circonstances, font des efforts extraordinaires et combinent leurs énergies pour sortir l’humanité de son léthargique sommeil des sens, afin qu’elle reconnaisse la situation critique dans laquelle se trouve la planète, sa demeure, à cet instant cosmique. Comprenant cela, elle contribuera pleinement à étendre s Lumière, non seulement en libérant le bien-aimé Sanat Kumara, mais en assurant à la Terre sa place légitime dans notre système par l’effet de sa lumière, de son chant cosmique et de sa contribution aux mélodies des sphères.

La Loi du Pardon

La  question a souvent été posée de savoir quelle est l’attitude correcte à prendre lorsqu’on devient conscient d’une poussée de colère, de haine ou d’une autre mauvaise intention contre soi-même ou encore contre une tierce personne qui n’est pas consciente de l’attaque.

Dans des cas de ce genre, j’ai toujours pensé que l’attitude la plus divinement intelligente et magnanime est de se saisir de suite mentalement de cette énergie, de l’entourer complètement de l’Ardente Flamme Cosmique consumante et de la purifier avant qu’elle ne prenne la forme d’une manifestation destructrice et n’entreprenne le voyage retour vers émetteur. J’en appelle ensuite u Je christique de l’individu émetteur, lui demandant d’illuminer sa conscience pour qu’elle réalise son erreur et la révoque.

Ce sont ces créations malignes, consumées, qui, lorsqu’elles se joignent, créent sur Terre les turbulences qui crachent la destruction sous forme de tornades, tremblements de terre et manifestations effroyables que les hommes nomment plaisamment des accidents.

Invoquer l’Ardente Flamme consumante est un acte de grand mérite : il balaie les tourbillons de mal, recherche par l’intervention de sa conscience omnisciente les géniteurs de l’énergie dégénérée, consume leurs impulsions et transmute par son pouvoir les apparences malignes déjà crées.

On ne gagne rien à renvoyer à l’expéditeur l’énergie dégénérée, parce que, justement par son acte discordant, le générateur démontre qu’il ignore la nature divine de toute énergie et qu’il a un besoin urgent de l’Ardente Flamme Cosmique d’Amour et de Pardon plutôt que d’un retour de bâton provoqué par sa propre énergie avec, peut-être, en prime, la désapprobation du témoin ou son ressentiment.

L’usage persistant et voulu de la Flamme  Purifiante et consumante de l’Amour de la Liberté aura pour conséquence ultime la libération complète du courant de vie de l’accumulation de discorde qui constitue son karma actuel et limite l’individu. Il construit également une paroi de lumière inexpugnable autour de l’usager, maintenant à l’extérieur la discorde flottant continuellement dans l’atmosphère, provoquée par les émanations des autres. Lorsque l’harmonie parfaite est évidente dans la vie quotidienne d’un individu, alors il peut être affirmé qu’il a suffisamment usé de la puissance magnanime et indulgente de la Flamme Purifiante de Dieu.

Je voudrais rappeler aux étudiants que les centres créatifs de la conscience (pensée et sentiment) doivent être employés pour extraire de la lumière universelle les manifestations et la substance nécessaire à la substitution de l’apparence à dissoudre.

Il n’y a rien qui puisse remplacer la visualisation de formes-pensées et de formes-sentiments dynamiques, positifs, qui s’extériorisent en tant que bien de toutes sortes. Les généralités ne sont pas spécifiques. Lorsque nous décidons, par exemple, de précipiter un déjeuner, chaque pain, chaque fruit, est conçu dans la conscience. Notre vie est soufflée dans la substance lumineuse pour former le dessein, et c’est seulement à partir de cet instant qu’elle est  abaissée dans la forme. Ainsi en va-t-il de chacun qui choisit de jouir des manifestations merveilleuses du plan tridimensionnel.

Faites-en l’expérience au moyen de vos facultés créatrices ! Je l’ai fait moi-même avant d’atteindre mon émancipation totale des limitations de la conscience humaine. Choisissez un concept simple et moulez-le dans la substance lumineuse ! Lorsque vous en tiendrez la forme manifestée dans vos mains, alors vous aurez une plus grande confiance dans le pouvoir de votre propre énergie de vie pour créer et soutenir les désirs de votre cœur dans votre propre sphère d’influence et dans l’accomplissement de votre pouvoir de gouvernement. Suivez la devise : sache, tente, fais et tais-toi ! C’est le chemin du succès.

Guérir par la visualisation

Examinons maintenant la possibilité offerte à chaque chéla des Maîtres de collaborer aux travaux  du Nouveau Jour, dont la plénitude n’a pas encore exercé son emprise sur leurs consciences externes. Nous, en revanche, sommes profondément conscients du service futur que chaque étudiant peut rendre à la Cause de la Liberté sur Terre ; à travers la conscience élevée de l’aspirant, nous nous efforcerons d’apporter notre aide de toutes les manières possibles, par le conseil, le rayonnement et l’application.

Le petit épisode suivant, tiré de mon recueil de souvenirs, sera utile à ceux qui souffrent contre un handicap corporel. Qu’on se souvienne que nous aussi, Frères libérés, avons parcouru la Terre dans un passé plus ou moins distant et combattu les limitations de la conscience humaine et du karma personnel, de la même façon que l’humanité le fait aujourd’Cela fut une fois, lors d’une ancienne incarnation.

Mes voyages m’avaient amené dans des contrées de Russie et de Sibérie, où les installations sanitaires et l’hygiène étaient encore inconnues. L’un de mes pieds avait gelé, et je n’avais qu’un chiffon noué pour le protéger du sol dur et gelé. Une nuit, comme je me reposais en gémissant dans une hutte de paysans, à proximité de quelques cochons, d’une ou deux chèvres malodorantes et de quelques bavards d’une spiritualité et d’un esprit limité, alors que la fumée d’un foyer sans issue remplissait la pièce et ajoutait au désordre et à l’inconfort ambiant, mon pied et ma jambe prirent dans mon esprit des proportions inquiétantes, grandissant à chaque élancement de sang circulant dans mes veines.

J’avais reçu certaines instructions d’un Maître que j’avais visité dans la chair et qui était capable, en cas de nécessité, de projeter vers moi sa pensée et ses directives. Soudain, un rayon traversa ma pensée humaine et malheureuse, lui imposant le silence comme on commande le garde-à-vous. Je réalisai qu’il essayait de m’atteindre, et je tentai de dominer mes émotions du mieux que je pus. Alors, une sensation familière de relaxation m’apprit qu’il était proche. Il ne parla pas, mais projeta littéralement dans mon esprit l’image de la plus belle paire de jambes que j’avais jamais vues, il y a avait deux choses ressemblant à deux soleils jumeaux, chacun sous sa voûte plantaire, qui fusaient dans les deux jambes. Cette image me rappelait l’Action de Dieu traversant la face de la Terre, en son Nom.

Je fus tellement intéressé par cette vision que la pièce, l’environnement extérieur, tout, disparut. Ensuite, je réalisai que le Maître imprimait la perfection de ces jambes dans mon esprit, mes sensations, et, au travers du sens visuel, également dans la substance de mon corps physique.

Finalement, après ce qui semble être des heures d’une contemplation de deux pieds seulement, il dit : voilà les pieds dont Dieu t’a doté au commencement ; utilise-les ! au même moment, la vision s’évanouit, mais j’étais capable de la rappeler à volonté et entrepris de surimposer ces pieds de dieu aux pauvres manifestations que j’avais crées humainement, jusqu’à ce que mes pieds physiques eussent commencé à exprimer la perfection de la vision intérieure.

Dans cette ancienne incarnation, je réussis dans une large mesure à perfectionner mes pieds jusqu’à ce qu’ils figurent ce qu’il me semblait être une réplique fidèle des pieds célestes que j’avais vus dans ma vision, cette froide nuit dans la hutte paysanne. Lors d’incarnations postérieures, je m’appliquai à parfaire la tâche et, croyez-le ou non, au jour de mon Ascension, lorsque ma Présence me fut révélée dans sa Plénitude, la première chose dont je fus conscient furent les Pieds, puis le reste de l’Etre Glorieux !

Il est plus difficile pour un individu d’évoquer une vision de la perfection de la Présence que pour un Maître de diriger cette vision parfaite dans la conscience externe, mais si vous en  appelez à moi ou à quelque autre Maître, nous vous aiderons à garder une image parfaite de la Présence dans votre esprit. Quelle que soit la partie du corps demandant assistance, si vous voyez avec vos yeux de l’esprit cette partie spécifique de votre corps physique transmutée dans le corps parfait du Je Christique, vous aurez les mêmes résultats que moi avec mon pied gelé. Tout le secret de la guérison réside dans la visualisation, substituant la perfection de votre propre Je christique à la pauvre manifestation humaine. Essayez-le pour vous-même, pour les autres, et réjouissons-nous ensemble du parfait résultat.

Le règne animal

Souvent nous revient cette question : qu’en est-il des animaux ? quelle part prennent-ils, s’ils en prennent une, au schéma évolutif ? Il a été dit que s’ils n’avaient pas droit à l’existence, dieu n’aurait pas ordonné à Noé de construire une arche pour en sauver du Déluge autant que possible.

Peut-être que l’explication suivante, qui a trait à la présence actuelle de la vie animale sur la planète et à la responsabilité de k’humanité d’assister cette vie dans l’évolution de sa beauté naturelle et dans l’expression de sa propre perfection, apportera une réponse à ce problème frustrant.

Chaque forme manifestée dans la troisième dimension est une idée destinée et maintenue dans la conscience. Même la beauté physique n’est que pure pensée extériorisée.

Aux premiers Ages d’Or, alors que l’humanité choisit d’accepter la responsabilité de l’incarnation sur Terre, les Royaumes angélique, Dévique et élémental précédèrent l’humanité dans le but de lui préparer la place. Les formes angéliques, déviques et élémentales étaient belles à l’extrême, représentant l’image de la  divinité de chacun de leurs archétypes contenus dans l’Esprit et dans le Cœur de Dieu Lui-même.

Même la repoussante pieuvre d’aujourd’hui était alors un admirable soleil miniature, ses tentacules des rayons de lumière iridescente ; l’huître et la palourde de nos jours étaient de merveilleuses petites formes féeriques. Ces élémentaux étaient destinés à accompagner l’humanité sur Terre, en la servant, obéissant à chacun de ses commandements tout au long du pèlerinage d’éternité en éternité. Il n’y avait aucune forme déplaisante ou impure sur Terre avant que ne survînt l’humanité.

Lorsque le premier groupe d’âmes quitta le soleil, elles aussi reflétaient la gloire de leurs propres corps électroniques, et les vêtements physiques qu’elles arboraient extériorisaient l’image divine dont elles gardaient le souvenir précis dans leur conscience. C’était un temps de grande beauté, de grand bonheur et de grande paix. Il n’y avait aucun voile antre la Présence interne et l’esprit extérieur. Les âmes baignaient dans la perfection de leur propre Archétype, leur Présence, absorbaient sa beauté par leur vue physique et jouissaient de cette Présence par leurs sentiments. La substance malléable de la vie élémentale, dont leurs corps étaient constitués, manifestaient docilement l’image divine dans l’homme, la femme et l’enfant. En vérité, cette ère fut appelée à raison l’Age d’Or et la résidence des peuples le Jardin d’Eden.

Avec le temps, l’attention de l’homme se fit vacillante ; il n’accorda plus la pleine puissance de sa pensée et de ses sentiments au schéma directeur dont il devait projeter le modèle. La vision de la Présence divine devinrent flous, la projection en fut déformée, comme lorsque quelqu’un regarde le reflet de son image dans les eaux ondoyantes. Alors, parce que la conscience ne contenait plus la véritable image, la forme projetée, qui n’est autre que le film de la caméra, se déforme de la même manière, et les corps physiques des gens furent le reflet du concept nébuleux de la divinité recouvrant, en quelque sorte, l’Immaculée conception de leur propre Archétype.

De manière analogue, l’humanité commença à impressionner la conscience plus innocente et enfantine des formes élémentales, qui absorbaient les images altérées au moyen de leurs propres sens visuels, auditif et émotionnel (Souvenez-vos de l’histoire de Jacob et du bétail maculé !) et, étant l’obéissance incarnée, les élémentaux reprirent les caractéristiques et les déformations de leurs maîtres. C’est ainsi que commença sur cette planète la vie des animaux, innocents élémentaux emprisonnés dans les formes suggérées par les pensées et émotions humaines et extériorisée par la volonté dégradée de la nature humaine, auxquelles celle-ci s’était abaissée au point d’imaginer les diverses formes de vie animale sur cette planète.

Des siècles et des siècles s’écoulèrent, et de plus en plus de qualités concentrées de la nature humaine inférieure s’incorporèrent dans les formes animales innocentes, jusqu’à produire les bêtes terrifiantes des âges dits préhistoriques, comme les dinosaures, etc. Ce fut le moment le plus sombre de l’histoire de la Terre. A partir de là, grâce à la miséricorde de Dieu, commença la lente ascension d l’homme, de l’élémental et de la bête vers la civilisation.

Il n’y a qu’un seul chemin pour toute vie : l’amour. L’amour est l’essence première ; le développement et l’apogée de cette qualité dans la conscience individuelle sont les moyens sans lesquels aucune expression de vie ne peut se libérer. Un peu partout, des courants de vie ont généré des qualités de gentillesse et d’amour et, grâce à leur action, même l’émancipation du royaume végétal a pu commencer. Néanmoins, la Loi cosmique tient l’humanité en général pour responsable de la dégradation et de la chute des royaumes élémental et animal, tels qu’ils apparaissent aujourd’hui. Avant que l’humanité soit relevée du blâme pour cette tache de vie, il faut trouver quelques membres de la race qui, combinant suffisamment de justice et de charité dans leur cœur avec équilibre et la compréhension, soient disposées à aimer cette vie pour la libérer.

De grandes femmes et de grands hommes, tel par exemple notre Frère Kuthumi lors de son incarnation comme saint François d’Assise, ont libéré des centaines de milliers de ces frères emprisonnés en élevant leurs consciences et leurs natures par amour et association, jusqu’à ce qu’il ne leur fût plus nécessaire de se réincarner dans des formes moindres que leur état divinement naturel. Certains courants de vie sont naturellement doués pour ce service. Certains se sont portés volontaires aux niveaux intérieurs pour assister ces royaumes à cause d’une dette particulière contractée à leur égard lors d’activités passées. Cela ne veut pas dire que les gens devraient se laisser emporter et générer des sentiments exagérés envers ces créatures. Au contraire, ils doivent plutôt conserver une attitude stable, équilibrée, la voie du milieu, en tendant vers l’état d’innocuité du Saint-Esprit dans leurs relations avec toutes les expressions de vie, recourant à la Loi du Pardon contre l’égoïsme et l’ignorance de l’homme. Par leur connaissance de l’Amour Sacré du Feu Sacré, en baignant la planète fourmillante d’expressions de vie dans l’Ardente Flamme Cosmique de l’Amour de la Liberté, ils contribueront à élever cette vie innocente vers son état initial de liberté.

Certains ordres ésotériques avaient prohibé la présence d’animaux dans l’environnement de leurs étudiants. Il y avait plusieurs raisons à cela, l’une des principales étant que le néophyte devait accorder son entière attention à s quête spirituelle. Dans ces conditions, toute association avec un règne de vie, même avec le sien, était absolument interdite pendant le temps de son noviciat.

Pour cette raison, beaucoup de gens préfèrent éliminer autant que possible toute présence humaine ou animale qui pourrait affecter négativement leur propre aura ; ils oublient en cela que la force à l’intérieur de leur sphère d’influence pourrait être le levain dans le pain de l’intelligence inférieure. C’est une décision que chaque individu agissant selon son libre arbitre doit prendre pou lui-même, mais chaque étudiant ferait bien de se souvenir que l’ultime accomplissement d’un courant de vie est d’atteindre l’Amour Parfait. Plus il cultivera la tolérance et la patience envers les expressions innocentes qui luttent aussi pour gravir l’échelle de l’évolution, plus tôt il se trouvera lui-même dans le Cœur de Dieu où TOUTE vie n’est plus qu’une.

La présence sur Terre de toute forme exprimant moins que la perfection ne devrait pas seulement être considérée comme un reproche pour sa négligence passée, mais aussi comme un appel de la  vie emprisonnée à l’intérieur des formes inférieures qui, interpellées avec miséricorde, crie :

Que ton amour me libère !

Annexes

Radiations bénéfiques

Introduction 

Depuis le commencement des temps, l’homme a eu à disposition certaines radiations bénéfiques se répandant sur Terre à des intervalles spécifiques. Les premiers de ces courants arrivèrent avec la venue de l’homme sur la planète. Sept cycles de deux mille ans furent organisés. Durant chaque cycle, une Vertu divine différente fut irradiée, permettant aux membres de la première race de faire leur ascension en quatorze mille ans. Ces vertus divines se composent des qualités des sept sphères et sont aussi les qualités des sept rayons.

Les rayonnements bénéfiques fournissent l’aliment spirituel nécessaire à l’homme pour progresser au-delà de la conscience des masses. Jésus parlait de ce type d’aliment lorsqu’il dit qu’il disposait de nourriture que les hommes ne connaissaient pas. Le Dieu soleil, Hélios le bien-aimé, adit que connaître et accepter une radiation spécifique est un pouvoir qui peut élever un homme dans l’espace d’une incarnation, alors que l’accomplissement de l’ascension par l’effort personnel peut prendre mille vies.

Comment pouvons-nous prendre notre part de cette alimentation spirituelle ? Nous pouvons le faire en lui accordant notre affectueuse attention, en invitant et en acceptant l’épanchement d’une période spécifique. Par le pouvoir magnétique de la pensée, nous profitons de courants bénéfiques particuliers d’énergie concentrée. De cette manière, nous devenons des centres magnétiques et radiants bienfaisants pour toute l’humanité.

L’étudiant devrait être conscient et accepter le fait que plusieurs dispensations distinctes, se recouvrant les unes les autres, se réalisent en même temps.

Voici quelques exemples de radiations bénéfiques :

1)     la dispensation d’une Vertu divine particulière par un Maître Ascensionné (par ex : Nada dispense la qualité d’Amour divin)

2)     la radiation d’une retraite de la Grande Fraternité Blanche. Ces radiations sont décrites en détail dans le livre Law of Life, vol. II, par A.D.K. Luk

3)     la dispensation des Vertus divines de chacun des sept rayons (identiques des sept sphères). Elles se subdivisent, selon la longueur de leur cycle, en :

a)     cycles hebdomadaires des dispensations des sept Elohim, des sept Archanges et des sept Chohans, décrits dans le livre The Seven Mightly Elhohim Speak

b)     les épanchements du cycle de deux mille ans, sous la supervision d’un Chohan particulier. LE Chohan du cycle qui nous influence actuellement est Saint-Germain. Saint-Germain a assumé cette charge en 1954, succédant à Jésus lorsque s’est terminé le cycle dont  Jésus avait la charge.

4)     la dispensation des douze Temples Cosmiques, également appelée Zodiaque, par cycles de trente jours.

Le véritable Zodiaque

Le 1  juillet 1954, la Déesse de la Liberté donna une dictée sur le sens originel du Zodiaque. Cette dictée fut suivie d’un discours détaillé sur le sujet, fait par le Dieu Soleil Hélios le 6 mars 1955. Les textes originaux sont reproduits dans Laws of Life and Teaching by Divine Beings, Vol 1,p. 62, compilation de A.D.K Luk. Ce qui suit est un résumé de ces dictées.

Aux jours où le Dieu Hélios et son Complément divin, la Déesse Soleil Vesta, décidèrent de créer notre système solaire, douze grands Etres se portèrent volontaires pour magnétiser , concentrer et rayonner la dodéca-nature des Parents divins.(Hélios et Vesta ont un Corps Causal consistant en douze bandes concentriques. Le chiffre douze est représentatif du nombre de soleils et de planètes de notre galaxie mère. Hélios et Vesta avaient la responsabilité de gouverner leur planète qui appartenait à cette galaxie. Après que tous les individus s’incarnant sur les planètes eussent réalisé leur ascension, les planètes de la galaxie furent dissoutes, ayant rempli leur office. Alors, Hélios et Vesta sollicitèrent la responsabilité de gouverner un système solaire, et leur requête fut acceptée.

Le Zodiaque originel se réfère aux douze Temples Cosmiques foyers des douze grands Etres, chacun d’entre Eux dispensant une Vertu divine sur la Terre. Les Temples cosmiques sont situés autour de l’aura (champ de force, ceinture électronique) de notre Soleil.

Tout comme la Terre et ses planètes sœurs tournent autour du soleil en séquence ordonnée, la radiation concentrée et le pouvoir de chacune des douze Vertus sont intensifiées pendant une période d’à peu près trente jours. Pendant cette période, une planète se trouve dans le champ (temple, maison) de ce rayon concentré. A cours d’une période de douze mois, alors que la Terre fait le tour complet autour du soleil, une des douze grandes Vertus irradie notre planète pendant un mois, baigne et nourrit les corps intérieurs de son peuple avec une plus grande intensité. Quelqu’un né dans la période pendant laquelle un Temple Cosmique est actif, est particulièrement stimulé par sa Vertu divine.

Le Zodiaque originel a été formé, et la conscience humaine crée des symboles qui ne sont pas l’expression véritable de la dodéca-nature de nos Parents divins. Les signes du zodiaque tels qu’ils sont utilisés aujourd’hui, n’expriment plus la perfection des Vertus divines. Il n’y a pas d’influence maligne provenant de ces douze centres cosmiques.

Le Calendrier du Zodiaque

 

Période                                  Etre Ascensionné                                  Vertu Divine

                                               Signe astrologique                                     (Qualité)

du 21 03                                         Bélier                  Puissance purificatrice, substance et énergie sont fournies

au 19 04                                         Bélier                  par l’air que nous respirons. C’est ici que résident les     

                                                                                  sylphes et les dévas de l’air         

du 20 04                                       Hercule               Foi, pouvoir, force courage        

au 20 05                                       Taureau

du 21 05                             Seigneur Maitreya          Amour divin, conscience christique agissant à travers

au 21 06                                      Gémeaux                l’homme    

du 22 06                                         Vista                   Concentration, consécration

au 21 07                                        Cancer

du 22 07                                      Apollon                 Courtoisie, dignité et charme princier élevant l’humanité vers

au 21 08                                       Lion                      le degré de conscience de l’Armée Ascensionnée

du 22 08                                       Virgo                    Assurance, confiance, majesté, pouvoir de Lumière

au 22 09                                       Vierge

du 23 09                             Déesse de la Liberté       Liberté

au 22 10                                     Balance

du 23 10                                     Victoire                  Accomplissements victorieux

au 21 11                                     Scorpion

du 22 11                                    Zoroastre                Esprit d’enthousiasme

au 21 12                                     Sagittaire

du 22 12                                     Minerve                 Perception, discrimination, discrétion, intuition

au 20 01                                    Capricorne

du 21 01                                     Aquarius                Stimulation de l’intérêt spirituel, et croissance spirituelle.

au 19 02                                     Verseau                  Dynamique de progrès.

du 20 02                                    Neptune                 Les pouvoirs purificateurs de l’élément eau sont intensifiés.

au 20 03                                    Poissons                 Les ondines sont éduquées dans ce temple.

La  Musique                                                                                                                     par Sérapis Bey

La Musique dans le Schéma universel de la  Création

La musique est en elle-même un effort pour mettre en mouvement la substance lumineuse universelle par les pouvoirs créatifs de la pensée, de l’émotion, de l’action, de l’action ou de la parole prononcée. Bien qu’elle soit un effet de la vibration d’ondes énergétiques, elle peut être puissamment utilisée comme CAUSE, lorsqu’elle est comprise, dirigée et interprétée correctement.

La musique est synonyme d’activité dans les Royaumes de perfection divine, car chaque pensée et sentiment de la Divinité créent un son glorieux et émettent une couleur magnifique, habillés d’une forme exquise. LA création est accompagnée d’une si belle musique que le cœur de l’homme en cesse de battre. Le mouvement rythmique des planètes autour du soleil concourt à la Symphonie cosmique, et la progression de la Galaxie est un hymne d’une telle splendeur que les mots sont impuissants à décrire son pouvoir inspirant et édifiant.

Tous les Maîtres émettent une noté clé individuelle s’exprimant en une magnifique symphonie, et lorsqu’ils se déplacent à travers l’espace interstellaire, le concert de leurs tonalités cosmiques inspire tous ceux qui ont le privilège de posséder le don de l’oreille interne.

Les chants naturels du soleil, des planètes, de l’Armée Angélique et des Maîtres Ascensionnés sont comme le parfum des fleurs : sans la participation consciente des facultés des courants de vie, le rayonnement de ces Etres contribue à la musique des sphères. Chacun d’eux peut focalise le don du chant par des propres cordes vocales en tant que don de musique élaboré au moyen des talents particuliers de son intelligence consciente.

Lorsque les Maîtres, les Dévas ou l’Armée Angélique décident de concentrer la Musique des sphères en des concerts cosmiques, ce sont vraiment les plus hauts Cieux qui retentissent.

Chaque courant de vie appartient à l’Univers et qui a connu la Victoire de l’Ascension, chaque Etre Cosmique et chaque Présence Maîtresse sont des agents contribuant à cette mer de musique qui, comme la lumière elle-même, constitue l’atmosphère des Octaves de Lumière. LA PRESENCE I AM de chaque être non ascensionné épanche également sa note clé particulière et sa mélodie universelle dans le royaume où elle s’exprime avant l’Ascension de son être externe.

C’est de cette mer de lumière que les Maîtres extraient la musique, qui appartient à l’Armée Céleste entière, et la focalisent  travers les temples de musique sous la direction des Etres angéliques qui l’amplifient au moyen de leur propre Vie et la dirigent vers des compositeurs dignes d’une inspiration et d’une assistance sortant de l’ordinaire.

Ils la dirigent aussi vers les artistes qui ont développé, à travers des siècles de dévotion à l’Esprit de Musique, une sensibilité aux courants spirituels s’écoulant à travers des activités musicales spécifiques. Ces gens ont généralement le privilège d’être admis dans quelques-uns des temples de musique quand leur corps physique se repose, comme lorsqu’ils traversent les salles du jugement karmique à la fin de leur vie terrestre. Les glorieuses mélodies, abaissées par ces hommes et ces femmes, sont le résultat de cette activité dans laquelle moi-même je suis extrêmement actif.

LA plupart des grands opéras qui ont résisté à l’usure du temps proviennent d’un temple de musique devenu le centre focal d’une action vibratoire particulière des royaumes intérieurs. Par exemple, la précession du soleil et de ses planètes autour du Grand Soleil Central s’incarne dans la musique majestueuse de Wagner. LE temple duquel cette musique se dirige vers la Terre est de couleur bleu azur, et les Anges et Dévas sont vêtus de diverses nuances de bleu allant du bleu blanc le plus délicat au profond bleu royal du Premier Rayon.

Lorsqu’un compositeur, disons, Wagner, prélève de la musique d’un temple, un Maître dirige habituellement son rayon dans l’esprit du compositeur pour créer une histoire appropriée autour de la musique. Le degré de développement du corps mental qui reçoit l’impression de l’histoire, et le développement du corps émotionnel, qui est le récipient du sentiment musical et du thème, contribuent grandement au résultat final. Certains compositeurs ont fait des choses merveilleuses en interprétation musicale, mais ont été inaptes à recevoir des directives mentales claires, et l’histoire qui en a résulté , n'a pas été vraiment représentatives du thème insufflé.

Dans le cas des compositions de Wagner, nous avons eu l’assistance de son corps mental ; de là les initiations mystiques tissées dans ses histoires.

L’insigne des chevaliers de la Table Ronde était le cygne, qui représente l’initié, capable de s’élancer dans l’air, maître de l’élément émotionnel eau et, de par ses caractéristiques (un long cou et des yeux perçants) pouvant sonder les profondeurs et en découvrir les éléments. Wagner utilise systématiquement le cygne en tant que symbole de l’initiation mystique. L’ancienne mythologie scandinave raconte que les nobles gens de l’époque chantaient leur chant du cygne. Aujourd’hui, on interprète cela comme la reconnaissance d’un échec, d’une défaite ou d’une reddition au destin, mais à ces jours anciens, une fois leurs luttes terrestres terminées, les grands avaient la permission de chanter le chant du cygne pour montrer qu’ils étaient devenus des initiés s’élevant consciemment des limitations de la matière vers la liberté.

Au moment où se chante un opéra, la qualité de son thème prédominant est grandement amplifiée par le temple de musique et ses Serviteurs. Du point focal où cette musique se présente, les Armées d’Anges, de Dévas, de Chérubins et de Séraphins transportent les rayons de cet opéra vers la ville, l’état, la nation et la Terre. Les grands édifices qui ont abrité le génie musical de la race sont, bien sûr adombrés par les Dévas et les Constructeurs de Forme qui collaborent à ce service avec le temple cosmique officiant. Nous espérons nous assurer la coopération consciente de certains étudiants pour qu’ils reçoivent ces courants, les amplifient et les relaient vers d’autres destinations avec un élan mystique procédant de la compréhension consciente des activités mystiques internes reliées aux présentations du monde externe.

Lohengrin est d’abord l’histoire de la FOI. L’aspirante (Elsa) se trouve devant le Conseil Karmique. Son parrain (et le rayon jumeau) vient pour l’assister, chevauchant le cygne (pouvoirs mystiques contrôlés par la maîtrise de soi). Elle doit le croire sur parole, sans curiosité, ce qu’elle fait. Alors se présente l’épreuve : Ortrude instille le doute dans son esprit quant à la véritable identité de son bien-aimé. Elsa accepte les suggestions du doute et perd le droit à la présence de Lohengrin. Celui appelle son cygne qui reste auprès d’Elsa pour l’aider selon sa moindre capacité. Car telle est la grâce de la Vie, même si Elsa  est déchue de la présence de l’initié.

De la même manière est un jour seul, avec pour unique guide, la lumière de son cœur. Il doit décider de la nature de son Instructeur, non par son nom, sa personne ou son héritage. A cet instant, toutes les forces du doute et de l’incertitude surgissent de l’intérieur et de l’extérieur. C’est le moment crucial de la vie d’un chéla choisi davantage qu’une association ordinaire avec un Maître de Lumière. Si le doute et l’incertitude font que le chéla ne peut accepter l’Instructeur, celui-ci, comme Lohengrin, doit se retirer, et une moindre lumière devient protectrice du courant de vie jusqu’à une vie ultérieure.

S’agissant d’une histoire de Foi, L’Etre cosmique Foi verse la qualité de Foi provenant du Temple de la Musique Bleue dans le graal où se réalise l’opéra ; les Dévas du Rayon Bleu la répercute sur tous les étudiants et aspirants, puis sur la ville, la planète et également sur les royaumes désincarnés. L’Elohim Hercule concourt à ce service.

Noté Clés

Toute création s’accompagne d’une exquise symphonie mélodique. Chaque individu issu du cœur du Créateur a une note particulière qui s’établit au moyen d’une longueur d’onde consciemment crée. Ce ton cosmique, qu’on appelle aussi note clé, est émis par chaque électron d’un courant de vie et afflue en permanence, formant une parcelle de la musique des sphères. Les électrons tournent autour du noyau d’amour, et leur vitesse de rotation détermine la note qui peut être utilisée dans n’importe quelle combinaison.

Chaque Maître Ascensionné, de même que chaque Retraite de Maître Ascensionné, a une notre particulière. Cette note clé peut être comprise dans une composition musicale connue. En écoutant un enregistrement d’un morceau de musique contenant la note clé, l’étudiant peut se brancher sur la radiation d’un Etre Ascensionné ou celle d’une Retraite. Durant l’activité du Pont vers la Liberté, dans les années cinquante, beaucoup de mélodies contenant les notes clés de Maîtres Ascensionnés et de Retraites furent communiquées ; elles sont indiquées en fin de chapitre. Les mélodies des Retraites furent utilisées par les étudiants pour diriger les qualités de ces Retraites vers la planète, ce qui fut fait durant les Services de Transmission de la Flamme au cours des années cinquante.

La façon la plus puissante de s’aligner sur un Maître Ascensionné, c’est-à-dire de former un pont et de se connecter avec sa conscience, est d’utiliser son portrait. La deuxième en efficacité est l’usage de note clé. Le Maître Ascensionné Marie a expliqué aux étudiants que chaque fois que Jésus s’approchait, elle et quelques disciples entendaient la mélodie Joy to the World (Joie au Monde), sa note clé. Marie a souligné que la mélodie était si nette qu’elle se demandait pourquoi tous les disciples n’étaient pas capables de l’entendre.

Les suggestions suivantes aideront à réaliser une connexion puissante avec un Maître ou une Retraite :

1)     avant d’écouter la mélodie contenant la note clé, étudiez les différentes incarnations du Maître et la Retraite dans laquelle il sert ! Lire une dictée du Maître est également utile ; (Les livres de A.D.K. Luk renferment ces informations)

2)     Avoir un portrait du Maître est un outil efficace ; (Des portraits d’une douzaine de Maîtres peuvent être obtenus de différentes sources.)

3)     Faites le silence en vous-même ! Concentrez votre attention sur le portrait du Maître de la Retraite et émettez un rayon d’amour vers le Maître ! Sentez cette effusion sortir de votre cœur !

4)     Acceptez et ressentez la radiation du Maître ou de la Retraite qui vous revient !

Les extraits suivants proviennent de dictées d’Etres Ascensionnés parlant de ce sujet à des étudiants :

-         La note clé de mon propre courant de vie, se répand à travers le chant qui m’est si aimablement dédié, a attiré ce soir un grand nombre d’Anges de la Résurrection dans l’atmosphère de cette pièce. (Archange Gabriel, 15 avril 1954)

-          

-         Chaque planète de ce système solaire vibre à un degré différent. Chacune a une vibration particulière, tout comme la musique qui représente la note clé de cette planète tournant autour du soleil…

-         …et la mélodie de la note clé naturelle de la Terre s’ajoute à la musique des sphères.

 

-         Le corps est créé par l’élémental corporel, par les Dévas et les constructeurs de la Forme autour de la note clé du courant de vie. Chaque électron tourne autour du noyau qui constitue les atomes dans les organes, et ces derniers, quand ils se mettent à fonctionner, suivent tous le même rythme et le schéma de la note clé. Lorsque la discorde et la disharmonie rompent ce rythme, et lorsqu’un ou plusieurs organes sont exclus de l’harmonie naturelle suivant la note clé, il y a désintégration de ces organes, il y a maladie. (Elohim de Pureté, 7 novembre 1954)

 

-         Sanat Kumara et ceux qui viennent avec lui de Vénus ont été appelés les Seigneurs de la Flamme. Dans sa descente au cœur de Shamballa, il apporte avec lui une concentration de la Flamme, jamais connue sur Terre, représentant l’action vibratoire de Vénus. Il extériorisa cette Flamme à Shamballa et, depuis ce temps-là, elle s’est étendue et intensifiée pendant des millions d’années, épanchant la note clé de Vénus et la vibration de cette Etoile supérieure dans l’atmosphère de la Terre et dans la conscience de ses peuples. Le jet de lumière de cette Flamme cosmique est ancré dans le cœur de chaque être humain s’incarnant sur Terre. Ce rayon de lumière a entretenu la Flamme dans le cœur de chaque être évolutif sur la planète.

 

L’action de la Flamme de Shamballa fut conçue principalement pour créer des centres générateurs de Lumière conscients par l’intermédiaire d’Intelligences de vie habitant la Terre. Le but unique de la présence de Sanat Kumara est de créer ces porteurs de lumière conscients. C’est la seule manière pour la planète d’accomplir son destin et de contribuer au chant solaire universel.

 

                                                                                                                                    Maître Morya, 17 mars 1956

Les Retraites, leur situation et leurs Résidents

 

 

Retraite                                                          Situation                                                    Résidents

Résurrection                                   au-dessus de la Terre sainte                                    Jésus et Marie

Shamballa                                      au-dessus du désert de Gobi                                 Seigneur Gautama

Liberté                                                         Transylvanie                                               Saint-Germain

Illumination                                   Mont Meru, près du lac Titicaca                              Seigneur Meru

Précipitation                                       Teton Royal, Wyoming                             Confucius et Seigneur Lanto

Miséricorde                                        au-dessus de Beijing                                                Kwan Yin

Transmutation par                               au-dessus de Cuba                                            Seigneur Zadkiel

la Flamme Violette

Lotus Bleu (sagesse                                         Tibet                                                    Seigneur Himalaya

Et paix illuminée)

Réconfort                                                     Sri Lanka                                                    Maha Chohan

Sagesse (Cathédrale                                    Cachemire                                                      Kuthumi

De la Nature)

Ascension                                                 Luxor, Egypte                                                   Sérapis Bey

Vérité                                                    au-dessus de la Crête                                               Hilarion

Paix                                                           Suva, îles Fidji                                                       Surya

Volonté de Dieu                                       Darjeeling, Inde                                                    El Morya

Foi illuminée                                       au-dessus de Bannff                                              Archange Michel

et protection                                                    Canada

Liberté, droit, de source divine              Sud de la France                                                  Paul le Vénitien

d’exprimer la volonté de Dieu

 

Table des notes Clés

 

Mélodie - Compositeur                                                      Etre Ascensionné ou Retraite

A Perfect Day, 1                                                                   Temple de la Résurrection

C. Jacobs-Bond

Ave Maria – Gounod, 1                                                       Temple de la Résurrection

Song of India                                                                        T. Shamballah – Seigneur Gautama

Rimsky-Korsakov, 1 ,2

Valse de l’Empereur                                                            T. Liberté – Saint Germain - Portia

Johann Strauss, 1

Voix du Printemps                                                                T. Liberté – Saint Germain - Portia

Johann Strauss, 1

Faith of our Fathers                                                              T. Illumination – Seigneur Meru

Hemy & Walton, 1, 2

Etoile du soir, Tannahauser                                                  Royal Teton - Lanto

Richard Wagner, 1 , 2

In a Monastery Garden                                                         T. Miséricorde, 1, 2 – Kwan Yin, 1

Ketelbey

Le Beau Danube Bleu                                                           T. Transmutation par le Feu Violet

Johann Strauss, 1 , 2

Love’s old sweet Song                                                          T. Lotus Bleu – Seigneur Himalaya

Molloy, 1, 2

At Dawning, Cadman, 1                                                       T. Réconfort

Homing                                                                                 Maha Chohan, 1 ,2  – Pallas, Athènes, 2

Pomp and Circumstance                                                       T. Volonté de Dieu

Edward Elgar, 1, 2

Panis Angelicus                                                                     El Morya - Myriam

César Franck, 2

Rêverie d’Amour, Liszt, 1 , 2                                                T. Ascension

Céleste Aida, Aida, Verdi, 2                                                 Sérapis Bey

Kashmiri song, Finden, 1 , 2                                                 T. Sagesse – Kuthumi

Aloha Oe, chant hawaien                                                      T. Paix 1, 2 – Surya 3– Djwal Kul 2

Onward Christian Soldiers                                                    T. Vérité 1, 2 – Hilarion, 2

Sir Arthur Seymour Sulivan

Joy to the World, Haendel, 1 , 2                                            Jésus

La Marseillaise, 1 , 2                                                             T. Liberté – Paul le Vénition, 3

In the Garden                                                                         Jésus

C. Austin Miles, 4

The Palms, 2                                                                          Seigneur Ling (Moise)

Wienerwald, Johan Strauss, 2                                                Jean le bien-aimé

Caprice Viennois, Kreisler, 1 , 2                                            Sanat Kumara

Ah, Sweet Mystery of Life                                                     Seigneur Maitreya

Victor Herbert, 2 , 4

Indian Love Call, 2                                                                 Casimir Poseidon

Rudolf Friml

Chant My Hero, Chocolate                                                     Nada

Soldier, Oskar Strauss, 2

Le Choeur des Soldats, Faust                                                 T. Foi Illuminée et Protection

Gounod, 1, 2

 

 

Marche Nuptiale, Lohengrin                                                   Archange Michel

Richard Wagner

Holy, Holy, Holy, J.B. Dykes                                                 Archange Michel

The Sweetest Story Ever Told                                                Archange Jophiel

R.M. Stoltz, 4

Let Me Call You Sweetheart                                                  Archange Chamuel

B. Slater Whitsun & L. Friedman, 4

Praise God From Whom All                                                  Archange Chamuel

Blessings Flow, L. Bourgeois, 4

Whispering Hope                                                                   Archange Raphael - Marie

Alice Hawthorne, 2

Intermezzo Cavalleria                                                            Archange Gabriel

Rusticana, Mascagni, 2 , 4

Wiegenlied, Brahms, 4                                                          Archange Uriel

Oh, How I Miss You Tonight                                               Archange Zadkiel

D. Davis, J. Burke & M. Fisher, 4

 

Explication de la Table des notes clés

1 Note clé, selon les publications du Pont vers la liberté

2 Note clé, selon les publications de A.D.K. Luk. L’auteur de ces livres a été un membre de l’état major du Pont vers la Liberté dans les années cinquante.

3 A ce stade, la noté clé ne peut être clairement identifiée. D’après une étude, il apparaît que, dans une telle situation, la note clé de la Retraite où l’Etre sert est une alternative acceptable. Par exemple, les Maîtres ont déclaré que pendant la période de 30 jours, au cours de laquelle le Temple au Sri Lanka (appelé aussi le Temple du Réconfort) était ouvert, les étudiants pouvaient utiliser soit la note clé de la Retraite, soit celle de son résident, pour s’aligner sur la Retraite.

4 Cette mélodie a été utilisée par les étudiants dans le but d’adoration d’un Etre Ascensionné particulier pour s’aligner sur cet Etre et lui envoyer des énergies, juste avant une dictée de ce dernier. Cette mélodie peut contenir ou non la note clé. Quelques-unes de ces mélodies furent identifiées plus tard à la note clé. Dans tous les cas, l’étudiant, en portant son attention vers cette mélodie, s’aligne sur un enregistrement éthérique établi par les étudiants au début de l’activité du Pont vers la Liberté, augmentant par là une certaine dynamique et rendant plus facile une connexion avec un Etre Ascensionné.

D’après une étude effectuée, il résulte que des flammes jumelles ont la même note clé.

Saint-Germain défend le Pont

En 1952, un certain individu, ancien messager de la Grande Fraternité Blanche, dénonça publiquement l’activité nouvelle connue sous le nom de Pont vers la Liberté. 

Le Maître Ascensionné répondit à cette critique (par la messagère Géraldine Innocente) dans un article paru dans l’édition d’octobre 1952 du Pont. La Grande Fraternité Blanche a pour règle de ne pas critiquer publiquement un individu, mais Saint-Germain désireux d’exprimer son sentiment, employa une parodie comme moyen d’expression, parodie basée sur une pièce de Shakespeare. Voici la reproduction de cet article :

L’enterrement du Pont

Une parodie opportune

Cher amis, étudiants et Américains, prêtez-moi l’oreille : je viens pour enterrer LE PONT et non pour chanter les louanges !

Le mal que les hommes trouvent dans les bonnes paroles continue à vivre après eux.

Le bien que ces paroles pourraient faire est enseveli sous des préjugés aveugles. Ainsi en va-t-il du PONT.

L’ancien messager a dit que LE PONT n’est pas authentique. Et pourtant, d’un même trait , il affirme que l copie est si proche de l’original qu’elle semble avoir été calqué mot pour mot, sur ses publications.

Est-il possible que deux rayons convoyant une telle similitude de lumière puissent être en conflit, ou proviennent de Soleils différents ? Il VOUS appartient, être pensants, de décider.

Il est dit que LE PONT, comme César est AMBITIEUX ! si cela est, il s’agit d’une faute grave, et LE PONT et ses auteurs doivent en répondre !

Est-ce de l’ambition…

…de vouloir répandre la parole des Maîtres dans chaque langue, de manière à ce que tous ceux qui cherchent puissent lire.

…de familiariser le corps des étudiants avec les activités présentes des RETRAITES SACREES du monde, pour leur permettre de participer à ces activités.

…de mettre à disposition les moyens et les voies d’unir tous les étudiants dans la même entreprise, au même moment, en tirant profit de la force de l’unité de but et d’énergie ?

Notre ancien messager dit que LE PONT est un plagiat de l’œuvre I AM.

Est-il possible de VOLER les bienfaits de Dieu, Son amour et Sa Sollicitude, avec l’INTENTION et le BUT de donner aux affamés le pain de la vie qui leur est contesté par les circonstances, à cause de la langue ou leur faute, réelle ou suggérée ?

Quant à moi, je suis parmi ceux qui servent le Peuple. Dans le cadre des droits divins de liberté religieuse et de conscience, je livre l’ACCUSE (LE PONT) à votre examen impartial et sage. Chaque homme est son propre juge et ses facultés le jury. Par la merveilleuse liberté de votre conscience, vous devez examiner sa valeur selon votre lumière et votre discernement. Puisse Dieu vous aider à utiliser votre propre intuition, alliée à une bonne logique, plutôt que de permettre à d’autres critères de mesurer la valeur de la sagesse et des dons de Dieu et des Maîtres que vous professez servir et aimer. Un jour, chaque être humain se retrouve seul, sans médiateur, sans conseiller, sans oracle, et doit choisir par la lumière de son propre cœur le rayon d’où provient la vie de sa Présence et suivre CE rayon pour revêtir la parure de la Perfection éternelle.

Saint-Germain

 

Code de conduite pour un disciple du Saint-Esprit

1)     Sois toujours conscient que tu aspires à la pleine expression de Dieu, et consacre tout ton être et ton service à cette fin, comme il est dit si justement au Premier Commandement !

2)     Apprends la leçon de l’innocuité ! N’inflige le mal à quelque parcelle de vie que ce soit, ni par la parole, la pensée ou le sentiment ! Sache que l’action et la violence ne sont que la moindre expression du pêché !

3)     N’agite pas la mer d’émotion du frère, de manière inconsidérée ou délibérée, car sache que la tempête à laquelle tu soumets son esprit refluera tôt ou tard vers les rivages de ton propre courant de vie ! apporte plutôt de la sérénité à la vie, et sois comme le psaume le dit si bien : de l’huile sur les eaux troubles !

4)     Dissocie-toi de l’illusion personnelle ! Ne permet jamais à l’auto-justification de révéler que tu aimes ta personne plus que l’harmonie de l’univers ! Si tu avais raison, il n’y a aucune nécessité de le clamer ; si tu avais tort, prie pour qu’on te pardonne ! en te surveillant, tu trouveras les vagues montantes de l’indignation parmi les ombres plus subtiles du droit chemin et qu’on appelle autosatisfaction.

5)     Parcours gentiment l’univers, sachant que le corps est un temple dans lequel réside le Saint-Esprit qui apporte partout à la vie la paix et l’illumination. Traite ton temple de façon respectueuse et pure pour conserver  l’Esprit de Vérité une demeure convenable. Respecte et honore dans la gentillesse et la dignité tous les autres temples, sachant que souvent brûle une grande Lumière dans une enveloppe grossière.

6)     En présence de la nature, assimile avec reconnaissance les beautés et les dons de son Royaume. Ne la souille pas par de viles pensées et émotions, ou par des actes physiques qui la dépouillent de sa beauté virginale !

7)     N’exprime ni ne formule d’opinion, à moins qu’on te le demande, et dans ce cas, ne le fais qu’après avoir prié et invoqué silencieusement une aide !

8)     Parle seulement lorsque Dieu choisit de dire quelque chose par ta bouche ! Sans cela, reste paisible et silencieux !

9)     Observe les règles de dieu, et fais-en le rituel de ta vie, si discret que ni ton prochain ni personne ne sachent que tu as aspires à la Divinité, d peur que la force de leur volonté externe s’oppose à toi ou que ton service s’imprègne d’orgueil.

10) Fais que ton cœur soit un chant de gratitude envers le Plus-Haut : Il t’a confié la garde de l’Esprit de Vie, qui choisit d’élargir à travers toi les confins de son Royaume.

11) Sois toujours prompt à utiliser les facultés et les dons qui te sont prêtés par le Père de Toute Vie, de manière à étendre son Royaume !

12) Ne demande rien pour toi-même, ni pouvoirs ni principauté, pas plus que l’air que tu respires ou le soleil dont tu jouis, mais utilise-les librement, sachant que tout appartient à Dieu !

13) Sois doux dans la parole et dans l’action, mais avec la dignité qui accompagne toujours la Présence du Dieu Vivant qui demeure dans le temple !

14) Remet toujours les facultés de ton être et les développements de ta nature aux pieds de la Puissance divine, en t’efforçant de manifester la perfection à travers quelqu’un dans la souffrance.

15) Que ton mot d’ordre soit gentillesse, humilité et service affectueux, mais ne permets pas que l’impression d’humilité soit prise pour de la léthargie, parce que le serviteur du Seigneur, à l’instar du soleil dans les Cieux, est éternellement vigilant et répand constamment les bienfaits dont il a la garde.

Maha Chohan

Diffusion des publications I AM et Le Pont

Les citations suivantes ont été extraites de diverses publications de l’Activité I AM et du Pont vers l Liberté, afin de souligner la nécessité de faire connaître les enseignements des Maîtres sur une base aussi large que possible et à un prix accessible aux moyens des étudiants.

Ascended Master Light, préambule : « Ce livre est dédié aux étudiants I AM et à toute l’humanité à la demande expresse des Grands Etres Cosmiques ayant dicté les messages qui y figurent. »

Do, page 127 : »Oh, je vous le dis, chers amis, rien n’a plus d’importance dans le monde que de faire connaître ces livres par le plus grand nombre possible. »

Do, page 128 : »Ainsi je vous dis, mes bien-aimés, si vous souhaitez servir, si vous désirez aider à la conquête de cette liberté, faîtes tout ce qui est en votre pouvoir pour favoriser la diffusion de ces livres et magazines… »

Journal Le Pont, nov. 1958, page 11 : « L’exigence de l’heure est de répandre la parole des Maîtres Ascensionnés. Une manière de le faire est d’envoyer nos livres gratuitement à des bibliothèques publiques, à des prisons et à des camps militaires. »

Le Septième Rayon, Saint-Germain, pages 22/23 : »Il fut prévu d’offrir ce journal (le journal LE Pont) à un coût aussi raisonnable que possible, de manière à ne pas obérer les gens… Cette publication (et toutes les autres provenant de la même source) sont la propriété de La Grande Fraternité Blanche. Elles sont offertes librement à tous et partout à un prix correspondant à leurs moyens… »

Le Septième Rayon, édition allemande : « L’enseignement  des Maîtres Ascensionnés est conçu pour être l’enseignement du nouvel age ; il ne peut donc être réservé au public de langue anglaise et demeurer inacessible au reste de la race humaine. »

Le Pont, oct. 1959, page 163, L’Importance Suprême de l’Heure (Maha Chohan) : »Chacune des sept planètes de notre soleil doit être pressée d’entrer et de se maintenir dans l’orbite de la planète promue. Nous sommes donc, par nécessité, FORCES d’atteindre rapidement l’humanité dans sa TOTALITE, et j’attends toutes les aides dans la poussée cosmique de l’heure. »

Fondation pour l’Enseignement des Maîtres Ascensionnés

La Fondation pour l’Enseignement des Maîtres Ascensionnés (en anglais : Ascended Master Teaching Foundation) a été constituée pour répondre à l’appel des Maîtres Saint-Germain et El Morya. Ceux-ci sollicitent l’assistance de collaborateurs pour soutenir leurs efforts d’aide à l’humanité et à notre planète. Il a été décidé que le dessein des Maîtres, tel qu’il a été dicté dans les années trente et cinquante par les messagers Guy Ballard et Géraldine Innocente, doit être mis en place dans les meilleures conditions possibles si l’on adopte le plan d’action suivant :

1 rassembler toutes les dictées originales données par ces deux messagers

2 répertorier et résumer ces dictées se chiffrant à environ quinze mille pages, mais en conservant le message 1 original intact, sans apporter d’opinion ou de concepts personnels

3 publier le matériel originel en le rendant, autant que possible, accessible sans restriction

4 traduire ces informations en d’autres langues, en accord avec le souhait des Maîtres.

5 donner à des personnes intéressées l’occasion de former des groupes d’étude. Ces groupes ont deux buts principaux : ils enrichissent l’étudiant par l’enseignement des Maîtres et ils offrent aux étudiants le moyen d’apporter un équilibre à la vie en envoyant aux Maîtres des énergies. Cela se fait par décrets, par des chants et des visualisations. Cette dernière activité aide les Etres divins à augmenter leur service, si nécessaire, à la planète. Ces groupes d’études doivent fonctionner indépendamment, libres de toute direction  extérieure. Chaque groupe doit être guidé par les souhaits et talents individuels de ses membres, le lien commun n’étant que les instructions des Maîtres Ascensionnés, telles qu’elles ont été données aux deux messagers.